Apprendre mieux

Un blog de Bernard Lamailloux – ingénierie pédagogique et artistique

Archives mensuelles de “janvier, 2010”

J’aime pas danser, mais je me soigne…

Ce samedi-là, c’était l’anniversaire de ma copine Martine… elle m’a prévenu qu’il y aurait de la musique très fort et que les gens danseraient… mais moi, rien à faire, j’aime pas danser.

Je sais que je suis loin d’être le seul. Xavier Hanotte, par exemple, dans « Je suis un ours, soit dit entre nous », a écrit ceci :

DANSE
Inutile de s’appesantir — c’est le mot ! — sur le talent chorégraphique des ours. Pour nous l’enseigner, bon gré, mal gré, les hommes ont eu recours à la contrainte pendant des siècles, usant de méthodes aussi stupides que cruelles. Ils ont échoué. À quoi tient cette ancestrale répulsion? Je ne saurais dire. Dans mon cas personnel, un amour profond de la musique et une conscience de soi trop développée me rendent tout dandinement rythmique aussitôt intolérable. Dans mes jeunes années, seuls quelques rapprochements physiques avec les congénères du beau sexe me faisaient parfois déroger à la règle ursidée. Je m’en sortais à peu près. Mais la plupart du temps, ce type de configuration s’avérait problématique. Mon premier slow eut ainsi lieu avec une petite dame blaireau – déjà! […] – qui ne m’arrivait pas à l’épaule. L’exercice réclamait une souplesse qui n’était pas celle d’un ours. Je ne me suis pas obstiné.

  • Je suis un ours, soit dit entre nous, Xavier Hanotte, éd. Le Castor Astral, 2012 (ISBN 978-2-85920-916-2), p. 17

.
Inutile de vous dire que je me reconnais à fond dans ce petit texte, auquel je ne changerais pas une virgule, et que je jurerais avoir été écrit pour moi… Pour ma part, j’écris des chansons, je joue de la musique, je parle souvent en public, et je fais du théâtre amateur, mais danser est tout simplement au-dessus de mes forces. Il y a très peu de gens que j’aime voir danser… et pour tous les autres (moi y compris) ce que je vois est à peu près comparable à ce qu’on peut voir dans ce clip, que je me suis amusé à réaliser ça à partir d’un simple appareil photo. Si vous voulez vous faire une idée… 
.
Ah oui, j’oubliais : la musique du clip est assurée par le génial Marin Mey (http://www.myspace.com/martinmey)

Recette de la tourte pommes poulet

Odette Toulemonde

Odette Toulemonde et autres histoires, Éric-Emmanuel Schmitt

Pourquoi une recette de cuisine ? Parce qu’une recette de cuisine est une chose qui va beaucoup plus loin qu’elle en a l’air… Un bon exemple de ce que je veux dire a déjà été raconté avec brio. Cela se trouve à la fin de la nouvelle « Le plus beau livre du monde » écrite par Éric-Emmanuel Schmitt et parue en 2006 dans le recueil « Odette Toulemonde et autres histoires » (Albin Michel, 2006 – 281 pages).

Voici donc la recette de la tourte pommes poulet dont je causais au détour d’un article précédent…

tourte pommes poulet

C'est vraiment aussi bon que ça en a l'air... parole !

Ingrédients :

  • Deux pâtes à tarte (brisées)
  • Une branche de céleri
  • 4 à 6 échalotes (suivant grosseur)
  • 2 pommes
  • 2 filets de poulet  en barquette (ou un seul blanc de poulet de chez le volailler)
  • Un œuf
  • 10 à 20 champignons de Paris  (suivant grosseur)
  • Un ou deux verres de vin blanc
  • Sel, poivre

Temps de préparation : variable (personnellement, en tant que « rêveur de cuisine »- et pas seulement de cuisine – je suis très long pour ces choses-là, alors je préfère ne pas noter le temps… ça ne vous servirait à rien).

Temps de cuisson : 30 à 35 minutes.

_______________________

.

Préchauffer le four (Th 7, 210°)

Couper le céleri en petits morceaux, faire revenir à la poêle, arrêter quand il commence à dorer, réserver dans un saladier

Procéder de même avec (successivement) les échalotes émincées, le poulet (coupé en petits dés), les pommes (en rondelles), et les champignons émincés (en fait l’ordre des ingrédients n’a aucune importance). Personnellement j’utilise une poêle en téflon, sans graisse, et si ça accroche je déglace au vin blanc A chaque fois qu’on a terminé de faire revenir un ingrédient, réserver dans le saladier et bien mélanger le tout (le but étant de faire refroidir tout ça, faute de quoi  ça ramollirait la pâte du dessus par la suite). A la fin, saler et poivrer la garniture à son goût, après avoir bien vérifié qu’elle n’est pas trop chaude (au pire on attend un peu… en buvant le reste du vin blanc  comme dans la fameuse recette de la dinde au Whisky, pour ceux qui connaissent…)

Garnir un moule à tarte avec une des deux pâtes (attention, ne pas coller aux bords, ce n’est pas une tarte, laisser pendouiller tranquillement le surplus à l’extérieur du moule), puis mettre la garniture, rabattre le surplus de pâte par-dessus la garniture (la partie de pâte rabattue peut mesurer plusieurs centimètres, ne pas s’en inquiéter…).

après pose de la première paête...

On dirait un bonnet de nuit, vous trouvez pas ?

Utiliser le blanc de l’œuf  en le badigeonnant sur la partie de pâte rabattue pour pouvoir coller les 2 pâtes ensemble (réserver le jaune).

Ensuite, disposer la 2e pâte (penser à faire une petite cheminée au centre avec du papier sulfurisé, par exemple une chute du papier de la pâte à tarte).

Badigeonner la pâte du dessus avec le jaune de l’œuf (idéalement, utiliser un pinceau, sinon un bout de papier absorbant).

Faire de jolis dessins dans la pâte avec une fourchette (pour ma part, je me contente de recouvrir toute la surface avec des rayures relativement parallèles faites à la fourchette, puis je tourne le plat de 60 degrés (10 mn de montre si on préfère) et je recommence une 2e fois mes rayures. Regardez la photo du début…).

Mettre 30 à 35 minutes au four. C’est prêt !

Quand les policiers anglais rivalisent d’amabilité, ou encore utilisent leurs boucliers pour faire de la luge

étonnants bobbies...


Décidément, les policiers anglais sont pour moi une éternelle source d’étonnement. Déjà, en 1974 (eh oui, ça ne date pas d’hier !), alors que je me rendais à un immense festival de musique dans la ville de Redding en compagnie de mon copain Yves, deux d’entre eux nous avaient demandé de vider le contenu de nos sacs sur le quai de la gare, sans doute influencés par nos mines aussi hirsutes que bronzées, puis encouragés dans leurs soupçons par le lieu de résidence figurant sur nos passeports (Marseille !). A la fin, n’ayant rien trouvé de spécial (comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences), ils se sont mis en devoir de tout ranger eux-mêmes dans nos sacs respectifs, cherchant visiblement à tout remettre à sa place, avec une maladresse touchante et un sens louable de l’effort (il faut dire qu’à l’époque, faire mon sac consistait pour moi à y entasser mon linge en boule, sans forcément distinguer le sale du propre…). Au moment de nous quitter, ils nous ont rendu nos passeports avec un grand sourire, l’un d’entre eux poussant même l’amabilité au point de nous adresser quelques mots dans notre langue maternelle, en nous appelant très gentiment par nos prénoms (« Au revouâââr Yvèssss, au revouâââr Beuuuurnrâârd ! »). Je me suis dit alors que je voulais bien être interpellé par de tels personnages tous les autres jours de mon existence si nécessaire… bonjour le contraste avec nos pandores nationaux, ou du moins ce que j’en avais aperçu. Du même coup, les « bobbies » étaient devenus dans mon imaginaires des gens particulièrement étonnants, dans le bon sens du terme… Ce souvenir m’est tout récemment resurgi à la figure lorsque j’ai consulté aujourd’hui l’étonnant article retranscrit à partir de  20 minutes.fr

Que faire de son bouclier anti-émeute quand il neige et surtout qu’il n’y a pas d’émeute? Afin de rompre leur ennui et s’amuser un peu, des policiers britanniques avaient trouvé la solution en l’utilisant comme luge pour dévaler une pente enneigée ! Sauf qu’ils ont essuyé un blâme jeudi après que des images, filmées par un passant, aient fait le tour de l’Internet. Leur supérieur hiérarchique, le commissaire Andrew Murray, n’a pas vraiment apprécié cette utilisation détournée de leur outil de travail: «J’ai parlé aux policiers concernés et je leur ai rappelé sur un ton qui ne souffre aucune indulgence que faire de la luge quand on est en service, avec un équipement de la police et aux frais du contribuable est une très mauvaise idée s’ils ont l’intention de faire carrière sous mon commandement.»
«N’oublie pas de sourire, quoi qu’il arrive» Sur la vidéo, on voit les policiers au pied d’une petite colline, proche d’Oxford. L’un d’eux, qui se juche sur son bouclier, conseille alors à un collègue de «s’agripper aux sangles». Le policier s’exécute, se faisant hisser au sommet de la pente par un confrère qui immortalise l’instant sur la caméra de son téléphone portable. «N’oublie pas de sourire, quoi qu’il arrive», lui lance-t-il.
Le lugeur en uniforme dévale alors la colline, sous les éclats de rire de trois collègues.

La chanson en entier ?

Bon. Plusieurs amis timides n’ont pas voulu réagir sur le blog, mais m’ont contacté par mail (ou même de vive voix… si !) pour me demander s’il y avait moyen d’écouter la chanson qu’on pouvait entendre dans mes voeux animés (article précédent), mais en entier.

Voici ma réponse (cliquez juste sur l’image) :
pas de lézard !

Tous mes vœux pour 2010….

Voici les vœux que j’ai concoctés spécialement pour vous.

Il faut juste vérifier que vos hauts-parleurs sont bien branchés…

…et lancer la vidéo en cliquant sur le bidule ci-dessous. C’est tout !

Navigation des articles

Bernard Lamailloux

La vie est trop courte pour être petite

WordPress.tv

Engage Yourself with WordPress.tv

Emma

Politique, trucs pour réfléchir et intermèdes ludiques

cvpcontrelaviolencepsychologique.wordpress.com/

LA VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE CONDUIT À LA DÉPERSONNALISATION ET À LA MORT PSYCHIQUE DE CELUI QUI LA SUBIT. ANNE-LAURE BUFFET

Education relationnelle

Tribulations d'une éducatrice, spécialisée dans la relation

Bea Dupriez

Chuuuut... plus de bruit...

moocmooc

Partage de projets

Manon Silvant

Keep MOOCing Forward

Secouez le Cours

Éducation et numérique, Bidouilles, Logiciel libre and so on...

Blog de M@rcel

Technologies et Pédagogies, comment les marier ?

Classe maternelle, Gennevilliers

Recherche pour la formation de l'Homme et le développement de ses pleins potentiels

Précieuses

Petits chemins de retour vers soi

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Smell of Female

Shoes, Art, Fashion, Illustration

TraducArte

El arte de traducir arte

OSARRO

Une nouvelle voie pour apprendre

philosophie et existence!

blog de philosophie imprévisible, dir. Jean-Paul Galibert

Blog d'Anna

Apprentissage des langues en ligne

La vie est large

" La vie est courte mais très large" Jim Harrison

alainsaboret

"Still alive alter all these years" Paul Simon

V E CHRONIQUE

La nouvelle chronique de Véronique Mathio

Le Coq et le Cerisier

promenons-nous au Japon.

Visualisations 3

Aperçu d'informations souvent recueillies dans le monde anglophone de la croissance personnelle

Didac2b

Des outils pédagogiques, des réflexions sur la formation et le e-learning, et beaucoup d'images !

L'espace à Zecool

La passion d'apprendre dans le monde aujourd'hui

The blog of blog of blogs

Les aventures d'un ethnologue dans le grand monde

La vie en face

Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu'une forêt qui pousse

VousaVezditVirtuel's Blog

Expérimentation partagée de séquences de travail collaboratif et de formations dans un monde virtuel (Openlife) avec le réseau des centres sociaux de France (FCSF). Come and share with us an experimentation of collaborative work in a virtual world (Openlife) with the french Settlements network (FCSF)

ateliers claire lecoeur

ateliers d'écriture et formations

le Blog du conectiviste sans n

l'instinct d'apprendre

AYMA

La santé intégrale au service de l'Être

plerudulier

Recipient of whatever I feel like sharing | Pensées partagées

audece's way

I'm a moocKita

Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

%d blogueurs aiment cette page :