Apprendre mieux

Un blog de Bernard Lamailloux – ingénierie pédagogique et artistique

Archives de la catégorie “Développement personnel”

Les grenouilles tombées dans la jatte de crème (éloge de la persévérance)

Grenouille

Un jour, deux grenouilles tombèrent dans une jatte de crème. Aussitôt, elles s’aperçurent qu’elles s’enfonçaient : impossible de nager ou de flotter longtemps dans cette pâte molle aussi épaisse que des sables mouvants. Au début, les deux grenouilles agitèrent violemment leurs pattes dans la crème pour atteindre le bord de la jatte. En vain : elles ne parvenaient qu’à barboter au même endroit en s’enlisant. Elles avaient de plus en plus de mal à remonter à la surface et à reprendre leur souffle.

L’une d’elles dit tout haut : « Je n’en peux plus. On ne peut pas sortir de là. Impossible de nager dans cette substance. Je vais mourir, je ne vois pas pourquoi je prolongerais cette souffrance. Où est l’intérêt de mourir épuisée par un effort stérile ? »

Ayant dit cela, elle cessa de s’agiter et s’enfonça rapidement, littéralement engloutie par l’épais liquide blanc.

L’autre grenouille, plus persévérante ou peut-être plus obstinée, se dit : « Rien à faire ! Pas moyen d’avancer dans cette matière. Pourtant, bien que la mort soit proche, je lutterai jusqu’à mon dernier souffle. Je refuse de mourir une seconde avant que mon heure ait sonné. »

Elle continua à s’agiter et à barboter au même endroit, sans avancer d’un pouce, pendant des heures et des heures.

Et soudain, à force de trépigner et de battre des cuisses, de s’agiter et de patauger, il arriva que la crème se transforma en beurre.

Surprise, la grenouille fit un bond et, en patinant à la surface, arriva au bord de la jatte.

De là, elle rentra chez elle en coassant joyeusement.

Extrait de l’ouvrage « Laisse-moi te raconter les chemins de la vie« , de Jorge Bucay, traduit de l’espagnol (Argentine) par Nelly Lhermillier, éditions Pocket  déc. 2010.

Quelle est votre véritable valeur ? (« […] tu es comme cette bague »)

entre rêve et réalité

Un jour, un jeune disciple zen alla trouver son maître.

« Je viens vous voir maître, parce que j’ai l’impression d’avoir si peu d’importance que cela m’ôte toute envie de faire quoi que ce soit. Tout le monde me dit que je suis un bon à rien, que je suis maladroit et stupide. Comment puis-je m’améliorer? Comment m’y prendre pour être mieux considéré ? »

Le maître, sans le regarder lui dit : « Je suis vraiment désolé mon garçon. Je ne peux t’aider, car je dois d’abord résoudre un problème personnel. Peut-être plus tard… »

Après une pause, il ajouta :

« Si tu voulais m’aider, toi, je résoudrais ce problème plus vite, et, ensuite, peut-être pourrais-je te venir en aide…

– Euh… j’en serai ravi, maître, bredouilla le jeune homme en ayant de nouveau le sentiment qu’on ne lui accordait que peu d’importance et qu’on remettait ses propres besoins à plus tard.

– Bien, poursuivit le maître. Il retira une bague qu’il portait au petit doigt de la main gauche et, la donnant au jeune homme, il ajouta :

– « Prends le cheval qui est dehors et va jusqu’au marché. Je dois vendre cette bague pour rembourser une dette. Il te faut en obtenir la plus grosse somme possible et, de toute façon, pas moins d’une pièce d’or. Va-t’en et reviens avec cette pièce aussi vite que tu pourras. »

Le garçon prit la bague, et s’en fut. Aussitôt arrivé sur le marché, il se mit en devoir de la proposer aux marchands ; ceux-ci la regardaient avec intérêt, jusqu’à ce qu’il annonce le prix qu’il en demandait.

Dès qu’il mentionnait la pièce d’or, certains ricanaient, d’autres détournaient la tête… seul un vieillard fut assez aimable pour prendre la peine de lui expliquer qu’une pièce d’or était à ses yeux bien trop précieuse pour l’échanger contre cette bague. Désirant lui venir en aide, quelqu’un alla jusqu’à lui en offrir une pièce d’argent, et ajouta même un récipient en cuivre, mais le garçon avait des ordres stricts : ne pouvant accepter moins d’une pièce d’or, il rejeta l’offre.

Abattu par son échec, après avoir vainement proposé le bijou à toutes les personnes qu’il avait croisées sur le marché – au moins une centaine – il se résolut à enfourcher le cheval et prit le chemin du retour.

Ses pensées étaient amères. Comme il aurait aimé avoir une pièce d’or à donner au maître pour le soulager de ses soucis et recevoir son conseil ainsi que son aide !

Il revint donc chez celui-ci.

« Maître, dit-il, je regrette. Il est impossible d’obtenir ce que tu demandes. Peut-être aurai-je pu échanger la bague contre deux ou trois pièces d’argent, mais je ne voudrais tromper personne sur la valeur véritable.

– Tu viens de dire une chose très importante, mon jeune ami, répondit le maître en souriant. Il nous faut d’abord connaître la véritable valeur de cette bague. Reprends le cheval et rends-toi chez le bijoutier. Qui mieux que lui peut l’estimer, en effet ? Dis-lui que tu voudrais la vendre et demande lui combien il t’en donnerait. Mais surtout, quoi qu’il te propose, ne la lui vends pas. Reviens plutôt ici avec ma bague pour me dire ce qu’il en est. »

Le jeune homme entreprit donc une nouvelle chevauchée pour se rendre chez ce bijoutier.

Celui-ci examina attentivement la bague à la lumière d’une lampe à huile, puis il la regarda avec sa loupe, la soupesa et finit par dire :

libellule au bout d'une main

« Mon garçon, dis au maître que, s’il veut vendre sa bague tout de suite, je ne peux lui en donner plus de cinquante-huit pièces d’or.

– Cinquante-huit pièces d’or ! s’exclama le jeune homme.

– Oui, répliqua le bijoutier. Je sais qu’avec du temps, on pourrait sans doute en obtenir plus de soixante-dix, mais si la vente est pressée… »

Tout ému, le garçon courut chez le maître pour lui raconter l’histoire.

« Assieds-toi, lui dit celui-ci après l’avoir écouté. Cette bague est un bijou précieux, unique. En tant que tel, seul peut l’estimer un véritable expert. Pourquoi exiger du premier venu qu’il découvre sa vraie valeur ?

Toi-même, tu es comme cette bague ».

Après avoir prononcé ces paroles, il remit la bague au petit doigt de sa main gauche, et retourna tranquillement à ses affaires.

Cette histoire m’a été racontée il y a quelque temps déjà par mon amie Geneviève Gabriel.

En repensant à son sourire magnifique, bienveillant, un tantinet espiègle, je ne peux m’empêcher, à la lumière de certains événements, de penser au côté, disons « prémonitoire » qu’elle revêtait…

Aujourd’hui, étrangement motivé par je ne sais quelle impulsion (suite à un commentaire d’Annette sur mon post précédent), j’ai procédé à quelques recherches sur le net dans l’espoir de retrouver cette histoire, et j’ai fini par en retrouver la trace.

Elle y est présentée comme un Extrait de l’ouvrage « Laisse-moi te raconter les chemins de la vie », de Jorge Bucay, traduit de l’espagnol (Argentine) par Nelly Lhermillier, éditions Pocket  déc. 2010.

Après être allé y voir de plus près sur Amazon, j’ai immédiatement décidé d’acheter ce livre.

Mes meilleures pensées vont aussi à Stéphane Pietra, pour cette phrase, prononcée jadis :

« La valeur d’une personne doit pouvoir être appréciée…

– Dans  le bon contexte…
– Par des personnes capables de la mesurer ».

 Ce post est dédié à Laurène Castor.

Un conte ultra court – Question de proportions…

Arif, un ami de Nasr Eddin Hodja aimait beaucoup inviter ses amis à boire le thé et leur soumettre des devinettes compliquées pour les voir se torturer l’esprit et rire à leurs dépens.

Ce jour là, Nasr Eddin Hodja prenait le thé chez lui avec d’autres amis. Leur hôte se leva et s’approcha de la cheminée, s’empara d’une braise et la jeta dans un seau d’eau. « Pschhhhh » entendit-on. « Mes amis ! S’exclama Arif, dites-moi. Qu’est ce qui a produit ce son ? Est-ce l’eau, ou bien la braise? »

« Les deux ! » Répondirent tous les amis. « Vraiment ? Les deux ? …Et dans quelles proportions ? » insista Arif, en prenant un air goguenard.

A ces mots, voyant qu’Arif se moquait d’eux, Nasr Eddin Hodja se leva et s’approcha de son hôte. Levant la main, il asséna une grande claque au trublion. « Et ce bruit, mon ami, qu’est-ce qui l’a produit ? Est-ce ma main ? Ou bien ta joue ? …Et dans quelles proportions ?! »

Nasr Eddin Hodja est un ouléma mythique de la culture musulmane, personnage ingénu et faux-naïf prodiguant des enseignements tantôt absurdes tantôt ingénieux, qui aurait vécu en Turquie de 1208 à 1284, né à Sivrihisar et mort à Aksehir. Sa renommée va des Balkans à la Mongolie et ses aventures sont célébrées dans des dizaines de langues, du serbo-croate au persan en passant par le turc, l’arabe, le grec, le russe et d’autres (Source : Wikipédia). Avec mes remerciements les plus chaleureux à Anne Deval, comédienne et conteuse.

  Un petit mot rapide avant de terminer : sachez que je nage dans le bonheur depuis que mon livre est paru, tout récemment..
J’aimerais tellement vous en envoyer un tout petit peu en retour (…du bonheur) tellement il a l’air d’être si bien accueilli (…le livre 🙂 ).
Le plus fou c’est que tout à commencé sur ce blog ! La preuve se trouve dans cet article d’Hélène Weber... Un jour, je vous le promets, je vous raconterai l’histoire de  ce livre, de la conception à la fabrication (…sans parler de la promo, et je vous assure que ce n’est pas de la tarte ! 🙂 ).
En espérant que cela suscitera d’autres vocations. Parce qu’encore une fois, les rêves sont faits pour être réalisés, et je suis prêt à le crier bien haut sur tous les toits s’il le faut…
Les personnes qui ne sont pas encore au courant (…et les autres aussi !) pour le livre peuvent toujours aller cliquer que les petites images ci-dessous pour se faire une première idée (je vous recommande particulièrement « Le rêve de Bernard », raconté par… ma fille Alice, en 2 minutes chrono !).
Bien à vous,
Bernard

Facebook Twitter LinkedIn Blog RSS Google Google  Plus pinterest SlideShare Soundcloud Viadeo Vimeo WordPress

      

Devinette : Quelle est la différence entre « concerné » et « impliqué » ?

 

Il m’est arrivé tout récemment d’entendre une de mes amies me dire « Oh là là, que ça m’embête ce qui vient de se produire dans ce projet dans lequel je suis si impliquée, pour y avoir participé activement ! Cela me chagrine, que dis-je, me mine littéralement que les choses aillent ce train-là ! »

D’une manière générale, il est courant d’entendre parler d’implication quand on évoque les rapports au travail.

Cela m’a rappelé une devinette : Quelle est la différence entre « concerné » et « impliqué » ?

La réponse est très simple : Quand on fait une omelette aux lardons, cela suppose qu’il y a eu une poule pour pondre les œufs et un cochon pour qu’on puisse faire du lard.

Eh bien à l’arrivée, une fois l’omelette achevée les modalités de « participation » de ces deux animaux, et partant, leurs sorts respectifs, sont bien distincts :

La poule est concernée par le projet… en ceci que ses œufs ont contribué activement à son succès, y prenant même une très large part.

Le cochon, quant à lui, s’est retrouvé complètement impliqué.

 

Quel sort préférez-vous ?

 

 

 

Le mythe des tests standardisés

Le concombre masqué s'interroge...

 

Pourquoi ces tests ne vous disent pas ce que vous croyez…

Les experts, les politiciens, les chefs d’entreprise ainsi que de nombreux leaders d’opinion vantent continuellement les mérites de ces tests standardisés et autres QCM…

Il en résulte que dans les faits, les mérites de ces tests sont en définitive rarement contestés, tant ils sont en phase avec la croyance populaire, et également avec certaines théories sur la psychologie de la motivation humaine. Mais la plus grande partie de ce que ces leaders d’opinion disent, et également ce que le public croit – à propos des tests standardisés – est tout simplement infondée.

Dans le grand public, ou encore parmi les personnes concernées par les tests (voire leurs parents, selon les cas), rares sont ceux qui disposent de suffisamment de temps ou de connaissances pour arriver à suivre les récentes conclusions des spécialistes, experts en tests, psychomotriciens, et autres chercheurs.

C’est là que le livre  » The Myths of Standardized Tests«  entre en jeu. Dans un langage simple et accessible, Phillip Harris,  Bruce M. Smith et Joan Harris exposent les hypothèses sous-jacentes des tests standardisés, en faisant la part des choses entre ce ces tests peuvent réellement mesurer et ce qui relève tout simplement du mythe. Non seulement ils démystifient de nombreuses hypothèses communément admises, mais ils proposent de surcroît de meilleures alternatives nous permettant de juger du succès de tel ou tel enseignement dont on prétend mesurer l’efficacité ou les acquis à l’aide de ces fameux tests.

Les auteurs nous proposent également quelques suggestions en vue de nous permettre d’alléger quelque peu le fardeau que ces tests font peser sur nous, ou sur nos enfants.

Voici à titre indicatif quelques exemples de qualités et aptitudes très difficilement mesurables à l’aide de ces tests :

 

▪          la créativité

▪         la pensée critique

▪         la résilience

▪         la motivation

▪         la persévérance

▪         la curiosité

▪         l’art de poser des questions

▪         l’humour

▪         l’endurance

▪         la fiabilité

▪         l’enthousiasme

▪         le civisme

▪         la conscience de soi

▪         l’auto-discipline

▪         l’empathie

▪         le leadership

▪         la compassion

▪         le courage

▪         le sens de la beauté

▪         le sens de l’émerveillement

▪        la débrouillardise

▪         l’honnêteté

▪         l’intégrité

▪         la spontanéité

▪         l’humilité.

Source : http://themythsofstandardizedtests.com/index.php

Le syndrome de la grenouille

grenouille rigolote

Prenez une grenouille vivante. Jetez-la dans une casserole d’eau bouillante. Elle réagira tout de suite, se débattra et en ressortira immédiatement.

Prenez la même grenouille vivante, et jetez-la dans une casserole pleine d’eau tiède. Faites chauffer tout doucement. Que croyez-vous qu’il adviendra ? Elle va cuire à petit feu et quand elle comprendra son sort, elle sera incapable de réagir, de sauter par-dessus la casserole.

Notre économie vit actuellement le « syndrome de la grenouille », ou, tout au moins, certains chefs d’entreprise, certains salariés sont en train de se faire piéger en ne réagissant pas, en n’anticipant pas. A cela, il existe deux solutions, une collective et une autre individuelle :

La solution collective suppose qu’un pompier vienne éteindre le feu. Cela passe par une vraie prise de conscience, une véritable gestion des ressources humaines et des carrières, une relance de l’économie, de grands travaux d’État, des taux d’intérêts moins élevés, une inflation salutaire, la confiance retrouvée…

Le problème, c’est que nous ne sommes pas des économistes ; les économistes demain, après la « crise » expliqueront quelles en étaient les causes. Aujourd’hui les entend-on ? Hier, les a-t-on entendus ?

La solution individuelle quant à elle suppose que l’on sorte immédiatement de la casserole, alors qu’il est encore temps ; c’est à dire une diversification vers des créneaux plus porteurs. Mais cela nécessite d’anticiper et d’être suffisamment flexible et en bonne condition pour pouvoir réagir. Cela n’a rien d’évident…

Puissions-nous donc, pour chacun d’entre nous, en cas de « réchauffement anormal », parvenir à nous prendre en charge le cas échéant sans attendre passivement le bout du tunnel !

 

_

(D’après un conte philosophique attribué à Olivier Clerc, écrivain et philosophe)

Un rôle bien particulier…

Attends-moi, cher dauphin, j'arrive !

J’avais le trac, tout simplement. Comme toutes les formes de nervosité exacerbée, il naît d’une appréhension irrationnelle commune à tous les êtres humains, en particulier les adultes : celle d’être « démasqué », de trahir par quelques mots mal choisis l’intrinsèque supercherie de sa position d’autorité, de révéler au monde entier que l’on ne croit pas soi-même une minute à ce que l’on prétend être.

J’ai fermé les yeux une seconde en me disant que je devais continuer à tenir mon rôle sur scène, coûte que coûte, puis je me suis retournée pour faire face à ma classe.

— Bien, commençons.

Douglas Kennedy, « Quitter le monde », 2009, Belfond, p. 209

 

Mes salutations les plus… municipales ?


Un village,
C´est la grande famille
Où les garçons, les filles
Se marient à vingt ans
Un village,
C´est chacun, sa chacune
Car, à la pleine lune
Le lit est bien trop grand…

_
Ah, les élections municipales… c’est toujours un événement de taille dans mon village. Un peu plus de 4000 habitants, situé en région PACA, tout près de la « frontière » de quatre départements (04, 13, 13 et 84), côté Bouches du Rhône. Mon village n’a rien de bien particulier, si ce n’est la douceur de vivre que je ressens depuis le fond de ma petite pinède. Après avoir pas mal bourlingué sous des cieux moins cléments, sentir la caresse du soleil et respirer l’odeur des pins suffit amplement à mon bonheur.

Un village,
C´est la pauvresse en cloque,
Les sourires équivoques
De tout´s les « braves » gens
Un village,
C´est une fausse légende
Racontée par les grandes
Aux tout petits enfants…

Depuis 25 ans que je vis ici, je ne me suis jamais impliqué dans la vie locale de ce lieu qui revêt bien des aspects du célèbre « petit village gaulois » d’Astérix… La seule fois où j’ai vaguement essayé, peu après mon emménagement, un gars du cru m’a refroidi en deux phrases. La première était du style « Ah oui, mais avec vous c’est toujours pareil, vous ne faites jamais rien comme il faut… ». La deuxième est venue tout de suite après, alors que je m’étonnais de ce que mon commensal me donne soudain du « vous », alors qu’habituellement on se disait tu. Il a alors eu cette phrase magnifique, véritable cri du cœur : « Oui, vous, les… aixois ! ».

Cela m’a fait sourire, enfin, sourire un peu jaune, moi qui suis né à Alger, ai grandi à Marseille, puis vécu à Paris, puis Rouen (…les hasards de la vie m’ont en effet amené à porter successivement mes valises « aux quatre coins de l’hexagone », expression d’ailleurs attribuée à un homme politique méridional), et même dans la plaine des Vosges ! Vu d’ici, Aix-en-Provence n’est que… disons la ville moyenne la plus proche. En y réfléchissant je me suis souvenu que j’y avais effectivement bien passé les trois premières années de ma vie d’étudiant, au milieu des années 1970… Mais jusqu’alors j’ignorais que cela avait laissé de telles traces !

Un village,
C´est le curé en chaire,
Le docteur et le maire
« Qui sont pas fiers pourtant »
Un village,
C´est la guerre et la haine,
Entre Albert et Eugène,
Pour un lopin de champ…

Aux débuts de ma vie de néo-rural, j’avais également été frappé par un dessin d’humour, trouvé dans une feuille de chou locale, tenue (…déjà !) par une équipe d’opposition municipale, et qui faisait dialoguer deux vieux ossements qui venaient censément d’être exhumés par des archéologues aux abords du village. Le premier os déclarait « Je viens de subir une datation au carbone 14, je sais maintenant que je suis vieux de 4 millions d’années ». Et le second lui répondait à peu près « Ah, c’est bien, désormais on peut dire que vous êtes presque d’ici, alors ! »

Ces petits événements (avec quelques autres) m’ont bien vite convaincu de suivre le conseil que Raimu prodiguait à son fils dans la célèbre pagnolade Fanny, lorsqu’il lui écrivait « Quand tu vas commencer à mesurer le fond des océans, fais bien attention de ne pas trop te pencher, et de ne pas tomber par dessus bord et là où ça sera trop profond. Laisse un peu se pencher les autres ». D’une certaine façon, j’ai moi-même pris le parti de « laisser se pencher les autres » pour ce qui concerne les questions de citoyenneté locale.

Un village,
N´en déplaise à Pagnol
Qui s´est payé not´ fiole
Avec son grand talent
Un village,
C´est Marius en vitrine,
C´est Fanny aux cuisines
Avec tous les enfants…

Bien m’en a pris ! La toute récente élection municipale a en effet vu s’opposer deux listes :

La première de ces listes est elle de l’équipe  sortante. Appuyée par ce qu’on pourrait appeler des féodalités locales qui savent depuis des lustres « veiller au grain » avec une ardeur consommée, elle fait notamment un tabac auprès du troisième âge… elle n’est installée que depuis une mandature, mais elle a succédé à une autre liste du même tonneau, qui elle-même… et ainsi de suite, depuis des temps qu’on devine immémoriaux. Les conseillers de feu le président Georges Pompidou avait inventé en leur temps une expression censée permettre à leur patron d’incarner ce phénomène aux yeux de son électorat :  « Le changement dans la continuité ». Eh bien chez moi, nous y sommes encore : les têtes de liste changent, mais on sent très nettement que dans la durée, les mêmes trois ou quatre baronnies locales (que tout le monde connaît) continuent à tenir solidement les rênes, dans ce joli coin de « Douce France », à l’image de ce qui se passe dans tant d’autres petits bouts de paradis tricolore.

La deuxième liste, quant à elle,  est en majorité composée de personnes plus nouvellement implantées ici (un peu comme moi), et qui représentent une catégorie de population qui progresse (…en nombre, s’entend) lentement mais sûrement au fil des ans. C’est d’une certaine façon la n-ième vague de tentative de poussée de sang neuf, à l’image de ces fameuses colonies de champignons qui naissent après la pluie, prenant soudain une place étonnamment grande (bien que souvent éphémère) dans la forêt… une histoire toute simple et toute prévisible de biodiversité sociologique, en quelque sorte. Il n’y a rien d’étonnant à cela. Personnellement, je connais bien évidemment des personnes dans l’une et l’autre de ces listes, et suis bien placé pour savoir que dans chacune d’elles il existe des gens tout à fait estimables et dignes de foi, côtoyant d’autres individus dont les incisives me semblent avoir une fâcheuse propension à rayer systématiquement les revêtements de sol les plus résistants…
_

Mon impression sur la gestion de la commune  par ces équipes successives depuis que je suis là ? Eh bien là aussi je serais bien incapable de trancher. Au vu de leurs réalisations (…ou de ce que j’en perçois), j’ai un peu le sentiment que le pire y côtoie le meilleur. Pour ne citer que le meilleur, j’ai par exemple vu sortir de terre en 1998 une magnifique bibliothèque municipale. Pendant toute la durée des travaux, j’étais persuadé que des martiens se poseraient sur son toit le jour de l’inauguration, et en repartiraient formels en déclarant qu’il ne pourrait y avoir là aucune forme de vie…

Eh bien la suite m’a donné tort, puisque l’endroit en question est à mes yeux un des lieux les plus magiques, agréables et enrichissants que j’ai connus dans ma (déjà longue) vie. Qui plus est, cette bibliothèque est animée par une équipe composée de personnes plus que compétentes, et au cœur gros comme ça…

_

Un village,
C´est ces fêtes espagnoles
De violence et d´alcool
Pour les adolescents
Un village,
C´est les futures milices
Des chasseurs qui ratissent
Les lièvres et les gitans…

_

insolite - avions au-dessus d'un nuage issu d'une tasse 506x507Ces toutes dernières élections municipales ont pourtant donné lieu à un de ces événements qui me manquent jamais de me déconcerter, et dont j’ai beaucoup de mal à savoir s’il faut en rire ou en pleurer : Il faut d’abord savoir que l’équipe sortante a remporté l’élection dès le premier tour. Apparemment, donc, le temps de mai 68 n’est pas encore arrivé jusque par chez nous, décalage horaire oblige. A franchement parler j’ignore ce que cela aurait donné. J’imagine simplement que ce sera pour une autre fois et que ce genre de relève est inéluctable. Juste une question de temps. Ici, la nature a tout son temps, justement… J’imagine également que l’équipe sortante (et – donc – reconduite) a dignement fêté sa victoire. Chez certains partisans, la nuit a dû être longue, voire passablement arrosée (Quelqu’un connaît-il la chanson « Chasse, pêche et tire-bouchon », de mon amie Flavia Perez ? …).

C’est là que ça se passe : le lendemain je me suis aperçu de ce que quelques-uns de ces intrépides militants avaient eu une drôle d’idée… En effet, à l’image de beaucoup de mes concitoyens, j’ai eu la surprise de découvrir, dès le fameux « lendemain de la victoire », une espèce de guirlande composée de vieux vêtements accrochés à des cintres, guirlande stratégiquement implantée bien en face de la mairie, contre le monument aux morts. Inratable. De loin, j’ai trouvé l’idée excellente, me disant « Tiens, une espèce de happening, d’installation artistique, annonçant sûrement un quelconque événement culturel …(exposition, pièce de théâtre… que sais-je encore ?) »._

 

Quel naïf indécrottable je fais ! La vérité était beaucoup moins drôle, figurez-vous qu’il s’agissait juste d’une mise en scène au goût douteux, destinée uniquement à faire enrager les perdants au vu et au su de tous. L’idée aurait pu m’être sympathique… si elle n’avait été traitée de manière aussi… disons pesante. Imaginez : sur nombre de ces vêtements, nos joyeux animateurs de noces et banquets n’avaient pas trouvé mieux que d’accrocher des pancartes pour railler chacun des membres de la liste battue qui venait, donc, de « prendre une veste », en inventant à chaque fois une blague oiseuse à partir de… son nom ! Comme dans les cours de récréation, on cherchait à l’évidence à atteindre (plus ou  moins consciemment) l’autre là où ça le touche le plus, c’est-à-dire au niveau de son identité… _


Un village,
C’est ce bloc unanime
A tirer grise mine
A l´étranger au clan,
Un village,
C´est l´idiot, que lapident
Les notaires placides
Qui passent en ricanant…

_

On croyait rêver… mais sur un mode très nettement  « Very bad trip »… Je n’ai pas pu m’empêcher alors de penser à l’aphorisme attribué à Albert Einstein : « Il n’y a que deux choses qui soient infinies: l’univers et la bêtise humaine. Et encore, pour l’univers, je ne suis pas sûr ». Ne possédant pas les connaissances de cet illustre monsieur, j’ignore totalement pour ma part si la bêtise humaine est infinie ou pas… En revanche, quelque-chose me dit qu’elle est beaucoup plus insondable que les fonds des océans cités plus haut… Si j’avais eu les « auteurs » de cette pantomime en face de moi, je leur aurais peut-être fait part de ma consternation… et à la réflexion peut-être pas, tant j’aurais craint de m’entendre rétorquer… que je manque d’humour !

Depuis lors, j’ai appris que des comportements tout aussi affligeants s’étaient produits un peu partout dans d’autres communes, ici et là. Certains d’entre eux sont infiniment plus préoccupants que celui que je viens de rapporter ici, et d’une certaine façon je me réjouis (si l’on peut dire), disons « en creux », du côté « potache » et somme toute relativement inoffensif de cette blagounette aux allures de canular pour amateurs de noces et banquets. À la réflexion, je me demande carrément s’il en existe des municipalités ayant échappé à ce genre de manifestations si peu glorieuses…

Un village,
Pas plus qu´une ville,
N´est cet îlot tranquille
Que je croyais pourtant
Un village,
C´est, grossi à la loupe
Une harde ou un groupe
De petits commerçants…

Allons, ne soyons pas trop pessimistes. De plus en plus, un peu partout, dans le monde, des voix s’élèvent pour faire la promotion des comportements inspirés par la bienveillance et la coopération, et pour tenter de nous ouvrir les yeux sur l’inanité des comportements ayant pour base la malveillance et l’esprit de compétition (lorsque celle-ci prend tous les aspects d’une lutte à mort), en pointant du doigt ce qu’elles ont de plus délétère, tant pour les personnes visées, que pour les auteurs de ces comportements eux-mêmes, et pour finir pour l’humanité tout entière, à bien y réfléchir.

Mais bon… le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a encore du boulot, vous ne trouvez pas  ?

Tiens, je vous laisse admirer la magnifique photo de campagne publiée il y a peu par… l’équipe en place, donc.

conseil municipal posant pour une photo de classe (enfin, si l'on peut dire)

Le conseil municipal de mon village posant pour une photo de classe (si l’on peut dire)

Pour ce qui me concerne, j’assume parfaitement n’être qu’un vieux gamin, surtout après l’avoir tant de fois clamé haut et fort dans ces lignes. En même temps, force m’est de constater avec désarroi qu’on ne peut être jeune qu’une fois… mais immature toute sa vie.

Bien à vous,

Bernard

PS : Les incises sont extraites de la chanson « Un village » d’Henri Tachan, dont on peut lire l’intégralité des paroles ici et entendre la musique . Merci à Omer Sainte, ami de longue date sans qui je ne connaitrais pas ce morceau…

Nous sommes tous obnubilés par le désir d’arranger les choses…

Douglas Kennedy - Quitter le monde

left_guillemet._transNous sommes tous obnubilés par le désir d’arranger les choses, au point de nous persuader que nous sommes capables de rectifier le cours de la vie. « Jeter des ponts », « tendre la main », « arrondir les angles » : le lexique de l’Amérique moderne est hanté par le besoin de réconciliation, car nous sommes « le pays où tout est possible », pas vrai ?

Nous nous faisons fort d’esquiver la tragédie, de combler l’abîme insurmontable qui se creuse si souvent entre les êtres humains, de comprendre l’incompréhension… Le point faible de cet optimisme entêté, c’est le refus de reconnaître qu’il existe en effet des divergences insolubles, des tensions insolubles, d’accepter que malgré toute notre bonne volonté nous ne pouvons pas corriger tout ce qui a mal tourné, terriblement mal tourné…right_guillemet_trans

Douglas Kennedy, « Quitter le monde », 2009, Belfond, p. 287

Les émotions ont toutes une fonction bien précise

smiley optimiste

Bonjour.

J’ai récemment lu un article de la journaliste et blogueuse Sandra Coutoux intitulé « L’art d’être triste« . Dans ce très intéressant billet (il y a aussi des commentaires bouleversants…), il était question de « laisser libre cours » à une tristesse lorsqu’elle nous envahit, afin de nous permettre d’aller dans une sorte d’acceptation libératrice.

A mes yeux, on ne peut qu’être d’accord avec l’idée qu’il ne sert à rien de mettre sa tristesse au fond de sa poche, avec un mouchoir par-dessus… Les émotions sont comme l’eau  – et encore plus lorsqu’il y a présence de larmes – en ceci qu’elles finissent toujours par ressurgir d’une manière ou d’une autre lorsqu’on tente maladroitement de les endiguer.

Accueillir nos émotions…

Nous avons donc tout intérêt à accueillir, accepter nos émotions, donc. Pas de souci là-dessus. En revanche, il me semble qu’il y a au moins deux types de circonstances où on est triste (pour rester sur l’exemple de la tristesse):

Le premier est lié à un deuil. Deuil au sens large, perte de quelqu’un ou de quelque-chose, fin d’une étape de notre vie, séparation, renoncement, etc. En pareil cas, il me paraît bénéfique pour soi de chercher à identifier l’origine de la tristesse. Ce n’est qu’à ce prix que les larmes peuvent donner naissance à quelque-chose de positif pour nous.

L’irremplaçable Elisabeth Kübler-Ross…

La célèbre psychologue Elisabeth Kübler-Ross (1926-2004) pionnière de l’approche des soins palliatifs pour les personnes en fin de vie, et également pour leurs proches, a très bien décrit les différentes étapes qui doivent être franchies pour opérer une véritable transmutation personnelle (révolution intérieure, dirait sans doute Sandra… 😉 ) en cas de deuil. Elle a travaillé quasi exclusivement sur des cas dramatiques impliquant la mort (la nôtre, ou celle d’un de nos proches), mais je fais partie des nombreuses personnes persuadées qu’on peut se nourrir avec profit des écrits d’Elisabeth Kübler-Ross dans des cas infiniment plus anodins (du moins en apparence…) dans lesquels intervient ne serait-ce qu’une « petite mort symbolique ». Sans compter que tout deuil vécu nous renvoie inéluctablement à nos deuils passés.

Ainsi, certaines personnes vont consulter un thérapeute au motif que « …ce n’est pas normal de pleurer la perte d’un animal de compagnie pendant si longtemps », et découvrent bien vite qu’en fait elles ne s’étaient pas autorisées à pleurer leur défunt mari trente années auparavant, au motif « …qu’il fallait bien trouver un moyen de nourrir les enfants et que ce n’était pas le moment de se laisser abattre »… A l’image des trains, un deuil peut très bien en cacher un autre…

Identifions donc la source de notre tristesse, et nous trouverons forcément un chemin… un chemin qui peut être long, douloureux, mais enfin un chemin.

Les états dépressifs

Le deuxième type de circonstance provoquant une tristesse est lié à… un état dépressif. Par exemple, nous avons dû faire face à plusieurs événements ayant provoqué une tristesse, et nous avons comme attrapé une « pathologie de la tristesse », si bien que nous avons acquis la faculté d’être « triste sans raison ». Bien entendu je schématise… Si je suis triste sans raison pendant quelques heures, c’est peut-être que je n’ai tout simplement pas identifié la véritable raison, et peut-être est-ce sans importance… Mais si je continue ainsi pendant plusieurs jours, semaines, voire plus, c’est peut-être – je dis bien peut-être – que j’ai « attrapé la tristesse » comme d’autres attrapent un rhume, et que j’ai besoin de consulter un spécialiste pour m’aider à m’en défaire.

A mes yeux, toutes les émotions ont une fonction bien particulière. Ainsi, la fonction de la tristesse est de nous aider à faire un deuil (au sens large). Cette émotion est donc « adaptée » lorsqu’il y a perte, séparation, renoncement (fût-ce à un rêve ou à une illusion…).

Histoires de contextes

Mais il me semble qu’il peut également exister des contextes où une émotion n’est PAS adaptée. Je ne sais pas si vous vous souvenez du film « Le grand chemin », et particulièrement de la scène où Richard Bohringer crie à Anémone « Mais ça fait des années que tu pleures… y’en a marre à la fin, tu dois bien y trouver ton compte d’une manière ou d’une autre ! ».

Pour qui se souvient du film, et des circonstances dans lesquelles ce couple avait toutes les raisons de pleurer, il est difficile d’imaginer qu’un « bar à larmes » (lieu de réconfort imaginé par Sandra dans son article) aurait été d’un quelconque secours à cette malheureuse femme… bien au contraire. Toujours ces histoires d’enfers pavés de bonnes intentions… Soyons-y attentifs !

Et si nous croisions les fonctions et les contextes ?

Ainsi, les émotions ont toutes une fonction bien précise. Et sont donc « appropriées » à chaque fois que cette fonction « a de quoi être remplie », autrement dit, lorsque le contexte s’y prête. Attention, cela n’a rien à voir avec ce qui est socialement admis ou pas. Je parle juste ici d’écologie personnelle (Qu’est-ce que j’y gagne… Qu’est-ce que j’y perds… Où cela mène-t-il ?). De la même façon, lorsque cette fonction n’est pas remplie, ayons le courage d’admettre que des émotions peuvent ne pas être adaptées au contexte, et que nous avons besoin de nous faire aider par une personne qui saura vraiment nous aider à « passer à autre chose ». Et si la bienveillance de nos proches n’y suffit pas, ayons le courage d’aller consulter un spécialiste (après tout, si ma voiture tombe en panne, je trouve normal d’aller la confier à un garagiste… ce qui ne veut pas dire « n’importe quel garagiste »… mais au-delà d’un certain stade, c’est nettement préférable au « copain qui s’y connait un peu en mécanique »…).

Tableau des émotions

Voici un tableau répertoriant quatre émotions. Ce sont les émotions dites « principales », celles qui sont considérées comme mères de toutes les autres par plusieurs auteurs… Mais il n’y a pas de limite, et vous pouvez vous essayer à compléter ce tableau à l’infini, en y rajoutant d’autres exemples de votre choix.

Encore une fois, il n’y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » émotion en soi. Il en va des émotions comme il en va des attitudes (si une guêpe se pose sur mon bras, la passivité – eh oui, la passivité ! – sera probablement une attitude adaptée… de la même façon, il est le plus souvent salutaire pour soi et les autres de se montrer « psychorigide » lorsqu’on est arrêté par un feu rouge !).

De la même façon, une émotion peut très bien être adaptée (…ou pas !) par rapport au contexte, comme le montre le tableau suivant. En pareil cas, cette émotion a en général une fonction bien précise, qu’il peut être bon de connaître. En revanche, si vous avez une tendance marquée à ressentir de manière récurrente une de ces quatre émotions en l’absence de circonstances décrites dans la colonne « Contexte », c’est peut-être un signe plus alarmant… à vous de voir :

 

CONTEXTE
(adaptée lorsqu’il y a…)
FONCTION
(Ça sert à…)

Tristesse

Perte / Séparation / Renoncement (…à un rêve, une illusion…) Faire le deuil

Colère

Attaque dans nos valeurs / Injustice / Frustration Défendre nos valeurs, défendre notre intégrité, nous affirmer

Peur

Danger / Inconnu Se préparer, anticiper, fuir

Joie

Satisfaction / Plaisir / Amour / Harmonie Se relier, éprouver un sentiment d’appartenance

Les émotions toxiques

Il y a une chose qui me chagrine particulièrement, c’est de penser à toutes les personnes qui passent toute une vie en proie à une émotion « toxique » pour eux et/ou leur entourage.

insupportable...Ainsi, vivre toute une vie de tristesse est peut-être le signe d’état chronique dépressif. Vivre toute une vie de colère est peut-être le signe d’état chronique agressif. Vivre toute une vie de peur est peut-être un signe d’angoisse, ou pire d’anxiété pathologique. Quant à vivre toute une vie de joie, cela peut très bien être le signe que vous êtes un être exceptionnel ayant atteint le dernier degré de la sagesse… ou encore que vous êtes atteint du syndrome du « ravi de la crèche »…

émotions 6 masques 547 x 432

Toujours pareil… d’excellents auxiliaires peuvent faire de très mauvais maîtres !

Sachons donc écouter nos émotions, elles ont toujours quelque-chose d’utile à nous apprendre… sans jamais oublier que si les émotions constituent d’excellents auxiliaires (à écouter avec la plus grande attention), elles font toutefois de très mauvais maîtres !

Bien à vous,

Bernard

Le jeu « Cinq questions pour des champions » [ressource pédagogique]

5 questions pur des champoions - vue de la célèbre émission TV

La plus grande difficulté dans ce monde, ce n’est pas notre capacité à produire, mais notre réticence à partager.  [ Roy Lemon Smith]

Cet article a précédemment été publié en 2009, sous une forme légèrement différente, chez Joueb, puis chez WordPress.

Voici un fantastique jeu pédagogique auquel je me suis souvent livré auprès d’un public d’adultes en situation de formation. Il a été inventé par l’américain d’origine indienne Sivasailam Thiagarajan  (dont il a été plusieurs fois question sous ces lignes), alias Thiagi, génial découvreur du concept des « jeux cadres ». Les français appellent le plus souvent ce jeu « Question à foison ». En voici le principe.

« Le sujet que nous abordons aujourd’hui est ardu… J’ai peur que mes participants décrochent…»

Imaginez plutôt : Vous savez que vous devez effectuer une intervention de type  « cours magistral » sur un sujet plutôt ardu, abstrait, complexe… et comme vous n’êtes pas du genre enseignant autiste (ne riez pas, j’en ai rencontré !), vous savez pertinemment que vos apprenants risquent fort de « décrocher » au bout d’une à deux heures, et encore je suis optimiste (interrogez n’importe quel médecin sur les véritables facultés d’attention d’un adulte dans le temps, vous risquez d’être déçu). Vous supposez même que, la digestion aidant, votre sempiternelle demande : «…Avez-vous des questions? » fera un bide retentissant.
Si vous êtes persuadé que c’est ainsi… qu’on n’y peut rien… qu’après tout ce n’est pas votre problème mais le leur, ou pire, que c’est bien meilleur d’apprendre dans la souffrance sous le simple prétexte que vous-même avez toujours fonctionné ainsi… je me permets de vous conseiller d’arrêter de lire ces lignes, la suite risquant fort de vous déplaire, vous voilà prévenu.

On peut amener sa sonnerie… c’est même conseillé

Arrangez-vous pour emporter avec vous le jour de l’intervention un objet qui fera entendre une sonnerie, grosso modo à l’heure que vous aurez jugée « fatidique » (si vous êtes « high tech », utilisez les fonctionnalités de votre téléphone portable, si vous êtes de type plus rétro, un minuteur pour cocotte minute fera très bien l’affaire). Comptez deux heures environ après le démarrage de votre cours.
Prévenez l’assistance qu’une interruption inopinée surviendra à « telle heure environ  »… que le cours magistral s’interrompra donc, et qu’il sera procédé à une activité agréable et amusante destinée à favoriser en douceur la mémorisation de tout ce qui aura été abordé jusque-là.
Lorsque survient la sonnerie, vous êtes en général le premier surpris, c’est normal (ceux qui se sentent une âme de fantaisiste pourront avec profit détendre l’atmosphère en se lançant dans une tirade du type « Ah mais non, je vous demande un peu, quel est l’outrecuidant qui ose interrompre mon auguste propos ? … Euh oui, effectivement, pardon, ce n’est que moi-même ! »).

Et c’est parti! Formez deux équipes

Demandez à l’assistance de bien vouloir se diviser en deux groupes de tailles à peu près égales. Ces groupes formeront deux équipes, que nous appellerons respectivement l’équipe A et l’équipe B.
Demandez à chaque équipe de s’entendre pour préparer cinq questions portant sur le contenu qui vient d’être abordé depuis… (ici, vous avez le choix : depuis aujourd’hui, depuis ce matin, depuis le début de la session… à vous de voir !). Les apprenants ont – bien entendu – parfaitement le droit de consulter leurs propres notes de cours (c’est même absolument fait exprès !). Précisez juste que ces questions seront bien entendu posées à l’équipe adverse.
Aussi étrange que cela puisse paraître, vous verrez très vite l’ensemble des apprenants relire toutes leurs notes en tous sens, en avec une avidité et une jubilation surprenantes. J’ai bien dit « l’ensemble ». Certes, au début seuls les plus malicieux, les plus extravertis d’entre eux commenceront par se prendre au jeu, mais je vous fiche mon billet qu’au bout d’un moment règnera une joyeuse ambiance de saine émulation et que tout le monde s’y sera mis ! Ce sera à qui trouvera la question la plus tordue, le détail le plus pinailleur…

On a le droit de poser toutes sortes de questions, même les plus farfelues

Précisez bien qu’on a droit à toutes sortes de questions, même celles qui « détourneraient » le jeu (…ne pas hésiter à leur dire qu’on a parfaitement le droit de demander par exemple « Euh, c’est quand la pause ? »… en fait, pour ce qui me concerne, cela ne m’est jamais arrivé… peut-être justement parce que tout simplement les gens se sentaient vraiment libres de le faire !
Tiens, un conseil pratique : mettez donc à profit ces quelques minutes pour quitter la salle, vous détendre un moment, aller prendre un café, et constater au passage que votre présence dans la salle de cours n’a absolument rien d’indispensable pour une bonne acquisition des connaissances (…votre narcissisme dût-il en souffrir :- )  ).
Lorsque chaque groupe a réuni ses 5 questions (…et que vous êtes revenu 🙂 ), vous vous transformez illico en Maître Jaques, sorte d’animateur de jeu télévisé qui se contentera de compter les points.

Important : le (très sérieux) décompte des points

Pour ce faire, tracez donc au tableau deux colonnes intitulées A et B, chacune divisée en 5 lignes. Le jeu entre alors dans sa phase la plus vivante : l’équipe A pose sa première question, l’équipe B s’efforce d’y répondre (bien entendu, tout le monde est toujours autorisé à continuer de consulter ses notes, y compris pour y chercher des éléments de réponse, c’est toujours aussi « fait exprès » que tout à l’heure !).
Si l’équipe B répond de façon satisfaisante aux yeux de l’équipe A, elle marque un point, sinon zéro. Remarque importante : en aucun cas vous ne devez jouer le rôle d’un arbitre à ce stade-là, rappelez-vous que vous n’êtes qu’un « animateur qui se contente de compter les points » ! Seule l’équipe qui a posé la question est habilitée à juger de la recevabilité de la réponse obtenue. En cas de besoin, indiquez clairement que vous vous tiendrez à la disposition du groupe une fois que l’activité présente sera terminée, mais que pour quelques minutes, vous renoncez volontairement à votre casquette de « celui qui détient le savoir » et que vos apprenants ne doivent rien voir d’autre en vous qu’un simple meneur de jeu.
Ensuite on enchaîne de manière toute bête…à son tour, l’équipe B pose sa « première question » à l’équipe A… puis l’équipe A pose sa 2e question à l’équipe B… l’équipe B pose sa 2e question à l’équipe A… et ainsi de suite, jusqu’à ce que les 10 questions (…2 fois 5) aient été posées, comme sur le tableau ci-dessous.

Ce qu'on écrit au tableau...

Ce qu’on écrit au tableau…

A la fin, il suffit de faire le total des points de chaque colonne pour savoir quelle est l’équipe gagnante. On peut aller jusqu’à s’amuser à proclamer le résultat de manière plus ou moins solennelle, ou encore humoristique (« Le gagnant est… The winner is… »).

Au fait, qu’est-ce qu’on gagne ?…

Bien entendu il n’y a absolument rien à gagner, mais vous verrez, cela n’empêche nullement les participants d’entrer dans le jeu et de vivre un moment plaisant.
Important : Comme je le précisais plus haut, à ce stade vous pouvez enfin traiter, le cas échéant, les précisions sur les éléments de cours éventuellement restés en suspens lors du déroulement du jeu.

Attention : ne les laissez pas repartir « comme ça »…

Pour clore cette activité, il est indispensable de procéder à un débriefing digne de ce nom. Je m’explique : Il ne faudrait pas que les apprenants repartent dans la nature en proclamant à qui veut l’entendre (voire à eux-mêmes)… « Ah, cette formation, on s’en souviendra, qu’est-ce qu’on a bien rigolé ! »… Si cela s’arrête là c’est pour le moins un peu court, et au pire dangereux. Ne manquez donc pas d’inviter vos apprenants à se poser franchement la question : « Est-ce que cela a été pour nous l’occasion de revoir – ou de clarifier – des choses qui seraient restées dans l’oubli sans cela ? ». Non seulement ils vous répondront que oui, mais ce « oui » aura tout de enthousiaste, et rien du convenu. Vous pouvez même enfoncer le clou en ajoutant « Imaginez que pendant tout le temps que nous avons consacré au jeu je vous aie demandé de parcourir vos notes pour vérifier que tout est bien clair pour vous, pensez-vous que nous aurions été aussi efficaces ?… moins efficaces ?… plus efficaces ?… ».
Là encore, vous le verrez, il n’y a vraiment pas photo… Mais il est important que vos apprenants en prennent pleinement conscience.

Maintenant, si vous le voulez bien, voici deux des principaux enseignements que, pour ma part, j’ai tirés de cette histoire, et que j’aimerais beaucoup vous faire partager… certainement pas en tant que « donneur de leçons » (…beurk !), mais tout simplement en guise de témoignage à propos de ma façon de fonctionner, qui vaut ce qu’elle vaut… rien de plus, mais rien de moins 🙂
Voici donc deux remarques, pour finir :

Et si on oubliait la théorie, juste pour un temps ?

Ma première remarque sera de vous dire que je n’ai aucune, mais alors aucune envie de tirer des conclusions théoriques à partir de cette histoire. A mes yeux, les meilleurs enseignements que vous en tirerez vous-mêmes se feront… en la vivant, tout simplement. Si vous avez le courage d’aller vers vos apprenants en laissant tomber tous les boucliers certes bien rassurants mais ô combien encombrants (« ah… oui, ici c’est à n’en point douter du socioconstructivisme… et là c’est clairement à la métacognition qu’il est fait référence ! »), vous serez récompensés de votre bienveillance et de votre simplicité. Si d’aventure les oripeaux d’un « Professeur Diafoirus » vous sécurisent, prenez le risque de vous en défaire, ne serait-ce que pour un temps…  N’en doutez pas, les apprenants (…tout comme vous !) savent toujours, au fond d’eux-mêmes, à qui ils ont réellement affaire, d’une certaine façon. Il ne tient qu’à vous de décider si vous avez envie de vivre cela comme un enfer ou comme un paradis…

« Qui suis-je, moi, pour faire ainsi le pitre ? »

La deuxième remarque que je voudrais vous adresser est peut-être plus délicate, plus impliquante : En effet, il est possible que certains d’entre vous se demandent « Qui suis-je, moi, pour faire ainsi le pitre ? En ai-je vraiment envie ? », ou pire : « …En ai-je vraiment les moyens ? ». C’est là qu’intervient une notion centrale, à mes yeux : celle de croyance portante (…ou limitante) pour soi-même et pour les autres (après avoir traité des croyances limitantes à plusieurs reprises dans ce blog, je traiterai des croyances portantes dans un prochain article…). Pour ma part je me situe clairement dans un courant de pensée qui croit fondamentalement en l’homme, et en ses talents. Tout le monde a du talent, d’une manière ou d’une autre. Il suffit à chacun d’entre nous d’aller chercher en lui-même ce qu’il aime, sait, et veut faire pour s’apercevoir de l’immensité de ses possibilités, lesquelles sont généralement bien supérieures à l’idée qu’on s’en fait. Si vous êtes certain (j’ai bien dit certain) de ne pas y croire pour vous-même, alors renoncez définitivement à « faire passer » quoi que ce soit vers les autres, vous ne feriez que leur communiquer vos propres peurs, et grossir les rangs de ceux, trop nombreux, qui commettent d’irréparables dégâts en s’ingénient à rendre ennuyeuses les choses les plus passionnantes.

Conclusion : une fois de plus, il suffit d’oser…

Osez donc utiliser vos propres talents pendant vos heures de cours, que diable ! Cela peut très bien passer par l’humour, bien sûr, mais aussi par mille autres choses. Il suffit de s’en persuader soi-même pour que cela commence à marcher. Parole ! Seuls ceux qui ont fait preuve d’imagination et de créativité ont réellement fait avancer les choses en la matière… Nous le savons tous très bien au fond de nous-mêmes… Et pour ma part, une de mes croyances les plus ancrées est précisément que l’imagination est une chose qui est à la portée de tout le monde (1).
Il ne nous reste plus dans ces conditions qu’ oser nous jeter à l’eau… pour y découvrir un monde agréable et passionnant (je vous le garantis).

***


(Cet article sera repris dans ouvrage de conseils aux formateurs, à paraître au cours d l’été 2014 aux éditions DUNOD).


(1) …Imagine-t-on, en effet, un enfant invité à se joindre à ses camarades de jeu leur répondre quelque-chose du style « Euh, non, désolé, je manque cruellement d’imagination »… ???
…Alors, si tous les enfants peuvent le faire, tout ce qu’il vous reste à faire est de répondre à la question « L’enfant que j’ai été est-il encore présent en moi ? »… puis de le laisser vous donner la réponse 🙂

Rapports parents-enseignants-élèves : Lettre d’Abraham Lincoln au professeur de son fils

Les rapports entre parents, enseignants et élèves sont une chose qui ne va pas de soi. De plus en plus souvent, ils finissent par prendre la forme ce qu’on appelle un triangle dramatique. Force est de constater que de nos jours l’enseignement est de moins en moins sacralisé, et à plus forte raison les enseignants…

Sans nous en rendre compte, presque sans transition, nous nous sommes brutalement retrouvés plongés dans une époque singulière à bien des égards. Il n’est pas si loin de nous, ce temps où les parents d’élèves avaient pour habitude de « doubler le tarif » de la moindre sanction infligée à leur progéniture sans même prendre la peine de savoir de quoi il retournait, par un réflexe de solidarité sans faille envers l’instituteur, qui se retrouvait de ce fait investi de tous les pouvoirs.

Aujourd’hui, il semble que nous ayons basculé sur une toute autre planète. Ainsi que l’écrivait Jean-Paul Delevoye, le médiateur de la république dans son dernier rapport, «[…] nous sommes entrés dans de nouveaux rapports aux autresOn veut tout, tout de suite. On a du mal à se soumettre aux règles du collectif. Alors, des tensions binaires apparaissent partout :  magistrats-justiciables ; soignants-soignés… professeurs-élèves ».

Interrogé à plusieurs reprises sur ce dernier point,Jean-Paul Delevoye a déclaré en substance qu’ en tant que parents, notre vision de l’enseignement et le regard que nous portons sur les enseignants a tellement changé qu’aujourd’hui nous n’attendons plus nécessairement d’un enseignant qu’il soit pédagogue, mais plutôt qu’il « mette 20 sur 20 à notre enfant, afin que celui-ci soit mieux armé à affronter la dure vie qui l’attend »… Tout est dit.

Ainsi, ce pauvre enseignant est de plus en plus souvent considéré comme un simple prestataire de services, censé tenir le plus grand compte de la moindre de nos injonctions qu’il devrait appliquer sur le champ sans discussion possible. Ce n’est pas difficile de l’imaginer : certains d’entre eux reçoivent ainsi des courriers de parents contenant les requêtes les plus surréalistes qui soient.

Autres temps, autres mœurs… Maintenant, si vous le voulez bien, je vous propose un voyage dans le passé, un saut de plusieurs générations allant… jusqu’au XIXe siècle. Vous trouverez sous ces lignes la transcription d’une lettre qui aujourd’hui peut sembler étrange à bien des égards. Elle aurait été expédiée par Abraham Lincoln (1809-1965), 16e président des États Unis, à l’attention du professeur de son fils. Je vous laisse découvrir ça :

left_guillemet._transIl aura à apprendre, je sais, que les hommes ne sont pas tous justes, ne sont pas tous sincères.

Mais enseignez-lui aussi que pour chaque canaille il y a un héros; que pour chaque politicien égoïste, il y a un dirigeant dévoué…

Enseignez-lui que pour chaque ennemi il y a un ami.

Éloignez-le de l’envie, si vous pouvez, enseignez-lui le secret d’un rire apaisé.

Qu’il apprenne de bonne heure que les despotes sont les plus faciles à flatter…

Enseignez-lui, si vous pouvez, les merveilles des livres…

Mais laissez-lui un peu de temps libre pour considérer le mystère éternel des oiseaux dans le ciel, des abeilles au soleil, et des fleurs au flanc d’un coteau vert.

À l’école, enseignez-lui qu’il est bien plus honorable d’échouer que de tricher…

Apprenez-lui à avoir foi en ses propres idées, même si tout le monde lui dit qu’elles sont erronées…

Apprenez lui à être doux avec les doux, et dur avec les durs.

Essayez de donner à mon fils la force de ne pas suivre la foule quand tout le monde se laisse entraîner…

Apprenez-lui à écouter tous les hommes mais apprenez-lui aussi à filtrer tout ce qu’il entend à travers l’écran de la vérité, et à en recueillir seulement les bonnes choses qui passent à travers.

Apprenez-lui si vous pouvez, à rire quand il est triste…

Apprenez-lui qu’il n’est aucune honte à pleurer.

Apprenez-lui à se moquer des cyniques et à prendre garde devant une douceur excessive…

Apprenez-lui à vendre ses muscles et son cerveau au plus haut prix, mais à ne jamais fixer un prix à son cœur et à son âme.

Apprenez-lui à fermer les oreilles devant la foule qui hurle et à se tenir ferme et combattre s’il pense avoir raison.

Traitez-le doucement, mais ne le dorlotez pas, parce que seule l’épreuve du feu forme un acier fin.

Qu’il ait le courage d’être impatient et la patience d’être courageux.

Apprenez-lui toujours à avoir une immense confiance en lui-même, parce que dès lors, il aura une immense confiance envers l’Humanité.

C’est une grande exigence, mais voyez ce que vous pouvez faire…

Il est un si bon garçon, mon fils !right_guillemet_trans

Nous sommes tous des aveugles à l’intérieur d’une boîte noire

Le 12 janvier 2002, je démarrais un cursus de développement personnel qui allait durer deux années, lesquelles comptent encore aujourd’hui parmi les plus importantes de ma vie. Ce jour-là, nous étions une vingtaine d’inconnus réunis autour d’une animatrice qui nous expliquait (entre autres) que le développement personnel est une chose qui permet à chacun d’entre nous de devenir plus tolérant.

Ben tout de même, si j’avais besoin d’être plus tolérant, je m’en serais rendu compte, non …?

« Tolérant ? Quel besoin ai-je de devenir plus tolérant ? Je n’ai pour ma part aucun problème avec la tolérance. La preuve : lorsque je dépose un bulletin de vote dans une urne, je ne donne jamais mes suffrages aux candidats populistes ! »

…Voilà ce que je me souviens fort bien avoir pensé à ce moment-là, sans rire. Par la suite, les occasions de me remémorer cet épisode en étant rouge de confusion ont n’ont pas manqué. Elles ont été fort nombreuses et riches d’enseignements, je n’ai pas peur de l’avouer.

En effet, chacun d’entre nous estime le plus souvent être tout naturellement pourvu d’une espèce de « juste milieu » en matière de tolérance, comme il en va de même à propos de nombreux autres sujets. Oui, j’écris « juste milieu » parce que, n’est-ce pas, il ne faut pas exagérer non plus, pas vrai ?

« Ah, ces américains… »

Prenons un exemple de flagrant délit d’intolérance ordinaire : combien de fois n’ai-je pas entendu proférer de jugements définitifs et à l’emporte-pièce à propos des américains (comprenez « états-uniens ») ? En effet, il m’est arrivé d’entendre certaines personnes affirmer tranquillement et sans faire dans la dentelle que « Les américains sont ceci… les américains sont cela… ». Et quand je m’en étonne, en demandant « …Ah bon, TOUS les américains ? », mes interlocuteurs me regardent en général d’un air désolé, comme s’ils avaient affaire à un non comprenant, et admettent du bout des lèvres que certes, il « y en a des bien », mais que bon, ce n’est certes pas le cas de la majorité sinon « ça se saurait »

Le pire, c’est que ces tristes sires ne se rendent même pas compte qu’il suffirait de reprendre leurs propres paroles, sans en changer une virgule, sauf à troquer « américains » par un bon nombre d’autres nationalités ou ethnies pour les faire hurler au loup, et les propulser derechef dans une forme d’activisme contre l’intolérance et l’étroitesse d’esprit qui, décidément, gangrènent de plus en plus les esprits par les temps qui courent, ma pauvre dame…

Ah… si seulement vous connaissiez le mien…

Will

Le plus drôle c’est qu’il se trouve que j’ai précisément en stock (…que l’intéressé veuille bien me pardonner cette affectueuse familiarité) un américain qui se trouve justement être une des personnes les plus tolérantes de ma connaissance. Mieux : ce garçon fait souvent preuve d’un rare mélange d’intelligence, de sensibilité et de hauteur de vue qui force le respect. Et je ne vous dis rien de sa gentillesse.

Permettez-moi de vous présenter Will, donc. Will est un retraité américain qui a exercé la profession de sociologue pensant sa vie active. Il vit aujourd’hui en France, à Toulouse, depuis déjà pas mal d’années. Il consacre une grande partie de ses loisirs à l’entretien et au pilotage d’un avion minuscule absolument hallucinant (genre de « voiture sans permis » des airs, si vous voulez). Il passe également beaucoup de temps dans diverses lectures, ainsi que sur le net, où il se documente sur tout un tas de sujets (dont la moitié m’échappe totalement 🙂 ).

Une newsletter qui est aussi une pépite

Régulièrement, Will expédie à une brochette de compatriotes avec lesquels il a gardé le contact un mail (sorte de newsletter, si on veut) dans lequel il note ses propres impressions sur divers sujets concernant notre pays, nos mœurs, l’actualité internationale, ou encore d’une manière générale tout ce qui est dans l’air du temps ou lui vient à l’esprit…

Et il se trouve qu’à ma demande Will m’a fait l’amitié de me compter parmi les destinataires de sa newsletter, dont j’apprécie beaucoup chaque livraison, et qui à mes yeux donne un éclairage souvent révélateur sur un grand nombre de nos travers, petits et grands. J’aimerais tellement que cette newsletter se transforme un jour en blog, afin qu’elle puisse être lue par une audience beaucoup plus large… mais pour l’instant l’intéressé (à qui j’ai timidement suggéré de le faire) se trouve très bien ainsi (que pouvons-nous y faire ? A mon avis, pas grand-chose… tant pis pour nous, donc !).

Le tout dernier numéro est un collector !

La dernière livraison de Will m’a particulièrement frappé. Car c’est tout simplement une perle du genre, à tel point que je n’ai pas pu résister au plaisir d’en faire une traduction en français, pour pouvoir la faire figurer au milieu de ces lignes et vous en faire ainsi profiter. Ayant obtenu son accord, je propose donc sans plus attendre que nous lui laissions la parole.


Le texte de Will :

Bonjour. Il y a quelques mois lors d’une fête d’anniversaire donnée à Paris pour une cousine par alliance, j’ai fait la connaissance d’un universitaire aveugle. J’ai apprécié de rencontrer Jacques parce qu’il a fait des recherches considérables dans l’action non violente en Europe et ailleurs. J’ai aussi appris qu’il a eu une activité de chercheur post doctoral avec un groupe associé à Gene Sharp, à Harvard.

Je possède toute une collection de livres de Gene, avec qui j’ai échangé plusieurs e-mails. J’ai même encouragé son Institution Albert Einstein. Son site Web, plusieurs publications et ateliers proposent des conseils pratiques sur les tactiques et les stratégies de l’action non violente à destination de nombreuses organisations à travers le monde, et plus particulièrement les soulèvements en Europe de l’Est après la chute de l’Union Soviétique et les printemps arabes, mais aussi pour des groupes comme « occupy ».

Le voyage de Jacques à travers la cécité

Depuis cette soirée, j’ai acheté l’autobiographie de Jacques, dans laquelle il détaille son voyage à travers la cécité. Il a en effet appris dès l’adolescence que sa vue baissait au point qu’il deviendrait aveugle un jour, mais on ne savait pas combien de temps le processus durerait. En tant qu’universitaire, Jacques se mit à réfléchir sur ce qui se passait pour lui au fil des années. Il avait la fin de la trentaine quand il a fini par perdre complètement la vue.

Au milieu du livre, Jacques déclare qu’il n’aime pas le mot « handicapé ». Comme il le souligne, c’est un terme assez vide de sens quand il est employé en dehors d’un contexte précis. En effet, nous sommes tous « handicapés » d’une manière ou d’une autre à différents moments. Pour ma part, j’étais – par exemple – très handicapé au niveau de la langue française à mon arrivée en France.

Où il est question d’une boîte noire…

Plus loin dans le livre, Jacques décrit sa cécité croissante en expliquant que c’est un peu comme « vivre dans une boîte ». Comme il ne peut pas voir, il ne sait souvent pas ce qui existe de l’autre côté des murs noirs et vides qui l’entourent. Des choses aussi simples que le fait de voir les gestes du corps des gens et leurs expressions faciales, lesquelles nous donnent autant d’indices pour déterminer le véritable sens d’une parole, sont comme « en dehors de la boîte » pour Jacques.

C’est pareil pour nous !

Alors que je repensais à la situation de Jacques, j’ai pris conscience de ceci : d’une certaine façon, ce que Jacques vit et décrit se vérifie bel et bien pour chacun d’entre nous tous dans un grand nombre de circonstances. Le parcours et le penchant, disons « académique » de Jacques lui procurent d’une certaine manière une conscience accrue de l’expérience et de ses implications, par rapport à la plupart d’entre nous. J’ai été enchanté de découvrir à la fin du livre que Jacques fait un lien entre son expérience progressive de la cécité et l’expérience consistant à vivre dans une nouvelle culture (mon expérience, en fait).

Nous vivons tous dans des boîtes culturelles qui nous empêchent de voir les pans entiers de la réalité qui nous entoure, mais la plupart d’entre nous ne sommes jamais conscients de l’existence même de ces boîtes. Nous ne savons pour ainsi dire jamais à quel point la simple capacité de voir nous rend pour ainsi dire « aveugles » à d’autres types d’expériences. Il en va de même pour la manière dont la cécité permet d’ouvrir les portes à d’autres aspects de la réalité : les odeurs, les sons et le toucher constituent tout autant de moyens d’augmenter notre perception et notre mémoire. De la même façon, le fait de découvrir une autre culture permet de prendre conscience d’un certain nombre de « boîtes culturelles » et ouvre les portes à d’autres façons de voir, d’entendre et de sentir.

Devenir français…

Tout comme Jacques a beaucoup appris de son expérience en devenant aveugle, j’ai de mon côté beaucoup appris de l’expérience consistant à « devenir français ». Jacques est devenu plus conscient des boîtes qui limitent toutes nos perceptions, et, dans sa prise de conscience, il s’est trouvé en mesure de repousser les murs de certains de ces boîtes. C’est l’avantage d’une vie consacrée à la réflexion.

Faut-il être stupide, égoïste et muet pour être heureux ?

On entend parfois dire qu’être « stupide, égoïste et muet » résume les trois conditions essentielles au bonheur, ou encore que « l’ignorance est une bénédiction », mais le monde et la vie ont beaucoup plus à offrir à ceux qui, comme Jacques, prennent conscience de leurs propres limites et travaillent à repousser les bords de leurs propres boîtes. Nous ne pourrons jamais échapper aux boîtes, mais nous pouvons jeter un coup d’œil sur les bords et tâcher d’en repousser les murs.

Profitez des merveilles de vos boîtes, mais jetez aussi un œil sur les bords de temps en temps, et, ce faisant, devenez un peu plus conscients de l’infinie beauté de l’univers.

Décidément, vous en avez une mémoire extraordinaire !

Bonjour,

Il est bien connu que tout ce qui permet de tordre le cou aux croyances restrictives des apprenants sur leurs propres capacités est bon à prendre.

Il y a quelque temps, il a été ici question d’un moyen infaillible pour retenir durablement une liste de dix éléments (ce moyen utilisait la forme des chiffres). Aujourd’hui voici un moyen d’en retenir… cent !

Ce que nous allons voir aujourd’hui vous permettra également de retenir de nombreuses séries de chiffres, codes, mots de passe, numéros de téléphone et que sais-je encore…

Le système est fondé sur un principe particulièrement ingénieux, mis au point par un certain Bruno Furst 1. Au début, cela semble quelque peu étrange, mais je vous recommande de vous accrocher car c’est une véritable pépite !

Toujours des consonnes…

Bruno Furst a tout  d’abord eu l’idée d’associer chaque chiffre à un son, toujours une consonne, en utilisant la table suivante :

0 Le son « S » ou  « Z »…
1 Le son « T » ou « D »
2 Le son « N »
3 Le son « M »
4 Le son « R »
5 Le son « L »
6 Le son « Ch » ou « J »
7 Le son « K » ou « G »
8 Le son « F » ou « V »
9 Le son « P » ou « B »

On remarquera qu’à chaque fois que c’est possible, le son est disponible dans sa variante sourde (sans vibration des cordes vocales) et sonore (avec vibration des cordes vocales).

Ensuite, il nous est proposé d’associer chacun de ces sons à un mot contenant cette consonne, et aucune autre (mots d’une syllabe, donc, le plus souvent). En voici un exemple :

0 Le son « S » ou  « Z »… Soie
1 Le son « T » ou « D » Thé
2 Le son « N » Noé
3 Le son « M » Mai
4 Le son « R » Roi
5 Le son « L » Loi
6 Le son « Ch » ou « J » Chat
7 Le son « K » ou « G » Cou
8 Le son « F » ou « V » Fée
9 Le son « P » ou « B » Pied

La première étape de la méthode consiste à mémoriser ces dix mots, en relation avec chacun des chiffres donnés. Contrairement à la méthode fondée sur les formes des chiffres, le lien entre chaque mot et chaque chiffre est absolument arbitraire. En revanche, rien ne vous empêche d’utiliser la technique des images mentales pour vous permettre de construire une relation entre chaque chiffre et chaque mot.

Rappel concernant les images mentales :

Elles doivent être…

  • Dynamiques
  • Colorées
  • Exagérées

(Si vous avez besoin de plus de précisions, ces trois conditions ont déjà été commentées et développées ici ).

À titre d’exemple, voici les petites histoires que je me suis racontées pour m’aider à fabriquer des images mentales à partir de cela

Chiffre Mot Image mentale
0 Soie Une écharpe soyeuse, enroulée, formant un cercle parfait…
1 Thé Un grand verre de thé à la menthe, haut, étroit…
2 Noé Une arche de Noé avec un couple de girafes, bien visibles, à l’avant…
3 Mai Un cerisier en fleurs, avec trois branches principales…
4 Roi Un roi de jeux de cartes, avec une couronne stylisée à 4 « pointes »…
5 Loi Un policier disant « au nom de la loi je vous arrête », en brandissant les 5 doigts de sa main ouverte…
6 Chat Un « Chat assis » (je joue avec le son)…
7 Cou Analogie entre « poussette » et « Cou 7″
8 Fée Une belle fée aux formes avantageuses… vue de loin, sa taille de guêpe la fait ressembler à un huit
9 Pied Pour le faire ressembler à une empreinte de pas, Il faudrait à peine modifier le chiffre 9

Insistons bien sur le fait que ceci n’est qu’un exemple… si telle ou telle association d’idée vous paraît par trop « tirée par les cheveux », il ne tient qu’à vous d’en trouver une autre.

Comment passer de dix « chiffres » à cent  « nombres » ?

C’est là que réside tout le talent de Bruno Furst : considérant en effet que chaque nombre est constitué d’une suite de plusieurs chiffres…  il lui a suffi, dans son système de correspondance, de trouver pour n’importe quel nombre, un mot contenant « une suite des bonnes consonnes ».

Ainsi, le nombre 10 étant constitué d’un 1 « puis » d’un 0, il nous suffit, après avoir consulté la table de départ, de trouver un mot contenant  Le son « T » ou « D », puis Le son « S » ou  « Z » pour lui trouver un mot associé. Nous  proposerons ici le mot « tasse ». Suprême astuce : si par la suite, nous avons du mal à retenir que « 10 = tasse », nous pouvons quand-même tenter de partir à la pêche aux souvenirs si nous savons qu’il est constitué de quelque-chose ressemblant à « Thé », puis de  quelque-chose ressemblant à « Soie » au niveau des consonnes… Cela ne semble peut-être un peu maigre… sauf si nous avons retenu parfaitement les sons associés aux 10 chiffres de base !

Pour les nombre 10 à 19, voici ce que cela peut donner :

Nombre …Soit le son… … puis le son… Mot proposé :
10 « T » ou « D » « S » ou  « Z »… Tasse
11 « T » ou « D » « T » ou « D » Tête
12 « T » ou « D » « N » Tonneau
13 « T » ou « D » « M » Tamis
14 « T » ou « D » « R » Tour
15 « T » ou « D » « L » Toile
16 « T » ou « D » « Ch » ou « J » Tache
17 « T » ou « D » « K » ou « G » Tic
18 « T » ou « D » « F » ou « V » Touffe
19 « T » ou « D » « P » ou « B » Taupe

Voilà. Dorénavant, il est plus facile d’apprendre les mots associés aux nombres 10 à 19. Encore une fois, si un mot ne vous plaît pas, rien ne vous empêche d’en trouver un autre… à condition qu’il obéisse aux règles (ainsi, le 18, « touffe » peut aisément être remplacé par « douve », ou encore par l’acronyme « DIF », bien connu de ceux qui – tout comme moi – travaillent dans la formation professionnelle !) Ainsi, vous êtes tous invités à puiser dans votre propre vécu, tous les coups sont permis puisque ça se passe entre vous et… vous 🙂

Maintenant, si le cœur vous en dit, vous pouvez aller plus loin en utilisant le tableau suivant, qui vous propose des exemples d’associations d’idées pour les nombres de zéro à cent (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Universalité de la méthode

Il est à noter que cette méthode a tout d’abord été créée par un anglophone, mais que la structure « consonne / voyelle » étant présente dans toutes les langues du monde, elle est facilement adaptable à n’importe quelle langue (comme nous le faisons d’ailleurs en ce moment).

Exemple d’utilisation : apprenons par coeur le numéro de téléphone du Président de la République !

Imaginez que vous ayez absolument besoin de retenir le numéro de téléphone du Président de la République… Si vous le voulez bien, nous nous contenterons ici de celui du standard du Palais de l’Élysée, qui est à ce jour le 01 42 92 81 00.

Avec le système proposé, cela donne :

Soie – Thé – reine –panneau –fête –soie – soie

En lisant ces mots, il ne m’a pas fallu bien longtemps pour imaginer une phrase magique :

Je me suis inspiré des panneaux que les parents accrochent à tous les carrefours pour aider à trouver l’emplacement de la fête d’anniversaire de leurs jeunes enfants, le jour J, dans les zones de campagne envahie par d’anciens urbains, comme celle où je vis. Ils écrivent le plus souvent des phrases du genre « Anniversaire Chloé » ou quelque-chose dans ce goût-là… avec une flèche pour indiquer la direction…

Et j’ai imaginé que des parents essayaient de créer un panneau original pour leur petite fille, en quelque sorte leur petite reine, qui avait invité plein d’autres petites reines à leur fête (et en plus, reine… l’Élysée n’est pas bien loin !).

Ainsi, le groupe de mots

Soie – Thé – reine –panneau –fête –soie – soie

S’est transformé (après quelques essais, et en vérifiant que le système était respecté) en…

Si t’es reine, panneau « fête », c’est ça

…ou, si vous préférez :

C.Q.F.D…

J’ai déjà rencontré des personnes ayant durablement mémorisé les numéros d’appel de tous leurs amis, ou encore des codes d’accès ou mots de passe multiples et variés, uniquement en utilisant cette méthode. Auprès le leur entourage, ils passent pour des êtres à la mémoire exceptionnelle. C’est bien compréhensible. Après, certains partagent leur combine, et d’autres pas, c’est la vie…

Pour les étudiants qui doivent retenir de gigantesques suites de nombres plutôt fastidieuses (comme des dates historiques, des articles de loi et beaucoup d’autres choses), ce moyen injustement méconnu est idéal.

Voilà, j’espère que ce système vous parle, et vous convient.  Si tout comme moi vous pensez qu’il vaut la peine, diffusez-le autour de vous, vous ferez ainsi oeuvre utile.

N’hésitez pas non plus à utiliser les commentaires, ils sont faits pour cela, et je serai ravi d’y répondre 🙂

Bien à vous,

Bernard

filet

 

1. Dernière minute : Comme on peut le lire plus loin dans les commentaires, il apparaît en définitive que, contrairement à ce que je croyais, cette méthode vient non pas de Bruno Furst, qui n’a fait que la dépoussiérer, mais semble beaucoup plus ancienne. Le code « chiffre-son » daterait de 1643, et on le retenait alors avec la phrase « Dieu Ne Me Rend La Joie Qu’à Vos Pieds Saints » (1 2 3 4 5 6 7 8 9 0). (cf : https://fr.wikipedia.org/wiki/Code_chiffres-sons). Merci à Cym13 pour cette précision.

Les jeux psychologiques lorsqu’ils sont initiés par un persécuteur

Cet article est le plus récemment paru dans le dossier « Jeux psychologiques » publié sur ce blog. Pour un accès aux articles précédents, voir les liens ci-dessous :

Un nouvel animal sorti des abysses du développement personnel : Le requin déguisé en dauphin
Les jeux psychologiques : le principe
Les jeux psychologiques lorsqu’ils sont initiés par une Victime…
Les jeux psychologiques lorsqu’ils sont initiés par un sauveur

Un méchant personnage

L’article précédent rappelait la composition du « Triangle Dramatique » (Persécuteur / Sauveur / Victime), présentait le Répertoire des jeux psychologique selon Eric Berne, et dressait le tableau des jeux psychologiques lorsqu’ils sont initiés par un Sauveur… Voici aujourd’hui, le…

Répertoire des jeux psychologiques initiés par un Persécuteur (selon Eric Berne)

Pour chacun de ces jeux psychologiques, nous donnons le (ou les) nom(s) sous le(s)quel(s) le jeu est connu, le plus souvent sa traduction en anglais (pour le retrouver dans l’œuvre d’Eric Berne, au besoin), une description sommaire, ainsi que le bénéfice (même s’il peut être en apparence négatif) du joueur lorsqu’il « retire sa mise ». Enfin, nous donnons quelques pistes pour éviter d’entrer dans ce jeu… à condition de le voir arriver !

✖ Ball-trap (« Oui … mais »)

En anglais : « Why don’t you ? Yes … but … »

Description : Demander de l’aide et écarter toute proposition d’un « Oui … mais … »

Bénéfice : Colère avec un excellent alibi.

Comment l’éviter : Plaisanter (« …Encore!? « ), ou encore refuser de donner des conseils, interroger sur les tentatives et les idées de l’autre.

✖ Incitation au meurtre (« Battez-vous »)

En anglais : « Lets you and him fight »

Description : Révéler à une personne un jugement critique confié confidentiellement par un tiers. Mettre deux personnes en rivalité: « Avec M. X, l’année dernière, on avait fait comme ça… »

Bénéfice : Jouer les voyeurs : plaisir d’observer sans être impliqué.

Comment l’éviter : Dire une chose du genre: « Chacun a ses opinions, ses goûts, ses façons de faire et d’être… »

✖ La revanche (« Je te tiens, mon salaud »)

En anglais : « Now ! I’ve got you. S. 0. B. (son of a bitch) »

Description : Relever une erreur, un oubli, une faute chez celui-même qui vous a fait un reproche.

Bénéfice : Œil pour œil, dent pour dent ! Triomphe…

Comment l’éviter : Plaisanter: « Tu m’as eu! Un partout ! On fait la paix ? »

✖ Au pied! (« Le maître-chien »)

Description : Donner un ordre sec, sans raison fondée.

Bénéfice : Toute puissance.

Comment l’éviter : Se protéger. Résister en insistant pour faire mieux préciser la demande et ses raisons

✖ Dramaturgie  (« La Scène »)1

En anglais : »Uproar »

Description : Déclencher un drame pour éviter de régler le problème.

Bénéfice : Incapacité, passivité…

Comment l’éviter : Dire: « Pouce! » Questionner l’autre et le faire reformuler.

✖ Bras de fer (« Le mien est mieux que le tien »)

En anglais : « Mine is better than yours »

Description : Se mettre en compétition malsaine avec l’autre. Exagérer ses difficultés pour qu’elles apparaissent plus grandes que celles des autres.

Bénéfice : Vouloir se sentir le plus fort ;  Justifier sa passivité: « Oh oui! Mais moi, c’est pas pareil! C’est bien pire … »

Comment l’éviter : Refuser la rivalité: « C’est chouette pour toi.» S’interroger sur ses capacités à régler le problème.

✖ L’appât ( » le Viol »)

En anglais : « Rape »

Description : Attirer les autres en les flattant : « Vous qui savez tout « , ou en les appâtant: « J’ai appris que … enfin, je ne vous en dis pas plus. »

Bénéfice : Finir par triompher en déstabilisant l’autre par une question piège. Garder pour soi-même une information qui rend tout puissant.

Comment l’éviter : Ne jamais laisser l’autre vous mettre sur un piédestal. Lui répondre : « Merci, je ne sais pas tout. » Attendre sereinement. Refuser catégoriquement les sous- entendus.

✖ Dévalorisateur (« Les défauts des autres ») …C’est un des jeux les plus répandus sur terre !!!

En anglais : « Blemish »

Description : Dire du mal des chefs, des subordonnés, des collègues, des élèves, des professeurs…

Bénéfice : Être « rassuré » sur soi-même en masquant ses propres faiblesses.

Comment l’éviter : Dire: « Et si on parlait de ce qui marche bien? » ou « Nous avons tous nos faiblesses. »

✖ Manipulateur (« Coincer »)

En anglais : « Corner »

Description : Empêcher l’autre de faire ce qu’il envisage en démontant systématiquement toutes ses propositions: il est coincé !

Bénéfice : Triompher ou se sentir coupable.

Comment l’éviter : Faire de l’humour: « Aie ! Je suis coincé! » Agir en adulte : « Il y a plusieurs opinions pour régler cette situation ».

✖ Trop poli …  (« Chéri(e)… »)

En anglais : « Sweetheart »

Description : Être exagérément flatteur, voire obséquieux, pour pousser la personne à faire ce dont elle n’a pas envie.

Bénéfice : Se sentir tout puissant parce qu’excellent manipulateur.

Comment l’éviter : Répondre (en souriant) quelque chose du genre « Je ne marche pas à la flatterie. Parlons simplement. »

filet

Voilà. Cet article clôt le dossier sur les jeux psychologiques. J’espère que cela vous aura plu. Sachez que vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Bien à vous,

Bernard

_

1. Un exemple détaillé de ce jeu a été présenté dans un article récent.

Ces fameuses croyances limitantes : le top 10

La liberté n'a pas de limites...

Bonjour,

Voilà maintenant longtemps que je vous parle de croyances limitantes. Leur appellation complète est « croyances limitantes sur soi-même ». Nous les connaissons bien, et savons à quel point elles peuvent nous pourrir la vie. Or, jusqu’ici, l’idée d’en faire un inventaire ou d’en dresser une liste ne m’était jamais venue…

Mais aujourd’hui je suis tombé sur un article de blog que j’aimerais bien vous faire partager. Il s’agit d’une proposition de « Top 10 des croyances limitantes ». Voici cette liste…

C’est dangereux d’essayer quelque chose de nouveau…

Je suis trop vieux pour apprendre quoi que ce soit…

Je ne suis pas assez créatif pour réussir…

Je n’ai pas le droit à l’erreur…

Pour mériter ce que je veux, je dois souffrir…

Si je réussis ce que j’entreprends, je ne serai plus le/la même…

Je suis trop timide pour rencontrer quelqu’un…

C’est du regard des autres que dépend mon épanouissement ou mon malaise…

Je ne suis pas capable de réaliser ce projet …

Je suis comme je suis. C’est trop tard pour changer.

Vitesse limitée : l'infini !Ajoutons que le concept de croyance limitante y est très bien explicité, et que chacune de ces dix croyances a droit à son petit texte explicatif, ainsi qu’à une proposition de « question qu’on peut se poser (…ou poser à autrui, dans le cadre d’une relation d’aide) pour réfléchir au moyen d’en sortir ». Normal, l’auteur (Christophe Peiffer) est un coach professionnel chevronné.

Le lien se trouve ci-dessous :

http://www.leblogdesrapportshumains.fr/top-10-des-croyances-limitantes-sur-soi-meme/

Bien entendu, je vous invite à en profiter pour fouiner un peu partout (comme je l’ai fait) sur ce blog plein de ressources…

Bonne  lecture !

Bien à vous,

Bernard

Les jeux psychologiques lorsqu’ils sont initiés par un Sauveur

Cet article est le plus récemment paru dans le dossier « Jeux psychologiques » publié sur ce blog. Pour un accès aux articles précédents, voir les liens ci-dessous :

Un nouvel animal sorti des abysses du développement personnel : Le requin déguisé en dauphin
Les jeux psychologiques : le principe
Les jeux psychologiques lorsqu’ils sont initiés par une Victime…

Superman... sauveur par excellence

L’article précédent rappelait la composition du « Triangle Dramatique » (Persécuteur / Sauveur / Victime), présentait le Répertoire des jeux psychologique selon Eric Berne, et dressait le tableau des jeux psychologiques lorsqu’ils sont initiés par une Victime

Mais  cela ne doit pas pour autant nous  faire oublier que le sauveur, lui aussi, est également à même d’initier des jeux psychologiques. Pour mémoire, rappelons que le sauveur (…dont nous sommes tous amenés à adopter la posture, à un moment ou à un autre, surtout dans les métiers de la formation, de l’enseignement, et plus largement de la relation d’aide) est un personnage qui vole volontiers au secours d’autrui, tel un chevalier d’autrefois enfourchant son noble destrier pour aller défendre une non moins noble cause, sans toutefois avoir nécessairement reçu de demande précise de la part de qui que ce soit. Un peu plus tard, on reconnaît infailliblement notre sauveur à sa tendance irrépressible à prononcer, un peu déçu, sa phrase préférée : « Pffft… Après tout ce que j’ai fait pour lui/elle/elles/eux !… »

Voici donc aujourd’hui venu le moment de vous présenter le…

Répertoire des jeux psychologiques initiés par un Sauveur (toujours selon Eric Berne)

Pour chacun de ces jeux psychologiques, nous donnons le (ou les) nom(s) sous le(s)quel(s) le jeu est connu, le plus souvent sa traduction en anglais (pour le retrouver dans l’œuvre d’Eric Berne, au besoin), une description sommaire, ainsi que le bénéfice (même s’il peut être en apparence négatif) du joueur lorsqu’il « retire sa mise ». Enfin, nous donnons quelques pistes pour éviter d’entrer dans ce jeu… à condition toutefois de le voir venir !

✖ C’est bien parce que c’est vous! (« Si ce n’était pas vous… »)

En anglais : »If it weren’t for you… »

Description : Faire sentir avec insistance que ce que l’on fait est une faveur qui mérite contrepartie.

Bénéfice : Supériorité donnée par le geste charitable.

Comment l’éviter : Attention! Les faveurs font perdre la liberté. Remettre les choses au clair.

✖ Tous dans le même bateau. Tous solidaires

Description : Refuser d’accepter les différences. Protéger les moutons noirs.

Bénéfice : Éviter de prendre parti. Se protéger. Masquer les différences.

Comment l’éviter : Oser dire son avis calmement sur les gens.

✖ L’arroseur arrosé (« ]’ essaie simplement de t’aider ! »)

En anglais : ‘I’m only trying to help you. »

Description : Intervenir dans les discussions ou les conflits, les désaccords, sans y avoir été convié. Apporter de j’aide à celui qui ne demande rien.

Bénéfice : Colère permise: « les autres sont des ingrats ».

Comment l’éviter : Attendre la demande des autres pour intervenir. Et lorsqu’elle survient, prendre soin de demander: « Qu’attends-tu de moi? Que veux-tu que je fasse exactement? »

✖ Y’a qu’à … Faut qu’on … J’ai la solution

Description : Donner une solution toute faite, de manière péremptoire et définitive, pour tout problème qui se présente.

Bénéfice : Avoir un sentiment de supériorité, la certitude de posséder la science infuse. Éviter de trop réfléchir.

Comment l’éviter : Être réaliste : il y a plusieurs façons de répondre à un problème. Toute solution possède ses inconvénients, ou défauts.

✖ Je vous défendrai toujours

Description : Arranger la réalité. Nier les faits pour éviter qu’une personne soit sanctionnée d’une manière ou d’une autre.

Bénéfice : Être aimé, remercié, sollicité…

Comment l’éviter : Tout n’est pas défendable. Est-ce vraiment rendre service à quelqu’un que de le survaloriser ?

✖ Ça ira! Ça ira! 

Description : Nier les difficultés qui surgissent en les balayant, en les niant globalement.

Bénéfice : Garder sa sérénité et son optimisme à tout prix, en allant jusqu’à se cacher les difficultés.

Comment l’éviter : Dire:  » Et si on regardait les choses en face pour résoudre les problèmes, et pour pouvoir se réjouir VRAIMENT de ce qui va bien?  »

✖ Les colombes

Description : Éviter les conflits. Rechercher le consensus à tout prix. Se faire tout petit dès qu’il y a un léger désaccord ou une divergence d’opinion, de conception …

Bénéfice  : Vivre dans un climat d’entente, même fausse, dans une passivité confortable. Éviter la souffrance.

Comment l’éviter : Attention! La paix peut mener à la guerre (Ex : Munich en 1938 !). Avaler constamment des couleuvres mène parfois à des explosions dévastatrices, auxquelles les autres ne comprendront rien.

✖ Le pyromane pompier

Description : Plaisir du Persécuteur reconverti en Sauveur: divulguer des informations, diviser, puis proposer ses services pour réconcilier tout le monde.

Bénéfice : Être tout puissant. Se montrer indispensable.

Comment l’éviter : Refuser de demander de l’aide pour régler ses problèmes de personne à personne.

✖ Au four et au moulin

Description : En faire trop. « Stakhanoviste » : heures supplémentaires, weekends, soirées …

Bénéfice : Éprouver de la joie à se croire indispensable.

Comment l’éviter : Attention: au four… au moulin, et pour finir… à l’hôpital ! Penser à prendre soin de soi.

✖ L’arbitre tribunal

En anglais : « Courtroom »

Description : Tenir le rôle de l’avocat dès qu’une personne est critiquée ou évaluée. Ne pas supporter qu’une personne endosse un reproche, quel qu’il soit.

Bénéfice : Se comporter en Zorro ! Satisfaction de défendre la veuve, l’orphelin et tous les opprimés de la terre.

Comment l’éviter : Refuser de laisser quelqu’un décider à votre place. Être autonome. S’informer sur ses droits.

_

Voilà. Le prochain article sera consacré aux jeux psychologiques de la terreur de toutes les mers du globe : le persécuteur.

Bien à vous,

Bernard

Les jeux psychologiques lorsqu’ils sont initiés par une Victime…

Ange qui pleure

Nous le savons tous : le monde entier est un théâtre…

Dès la fin du XVIe siècle, nombre d’auteurs de France, d’Italie et d’Espagne ont nourri sans cesse la notion baroque de « Grand Théâtre du Monde ». Même le grand Shakespeare s’y est mis :

« Le monde entier est un théâtre, Et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles… »

« Comme il vous plaira (As You Like it) », pièce de théâtre écrite vers 1599.

Il ressort de ce principe, en gros, que nous autres, êtres humains, jouons tous un rôle, que ce soit consciemment ou bien malgré nous, sur la grande scène du monde, et nous sommes tous des pantins… dont les ficelles seraient tirées par je ne sais quel grand horloger. Il d’agit là d’une lecture du monde à travers le prisme du théâtre et de la mise en scène. Le comédien et le personnage incarné par celui-ci reflètent l’image du spectateur « leurré »… qui n’est lui-même qu’un acteur de l’univers.

Au début du XXe siècle, Eric Berne (fondateur de l’analyse transactionnelle) a intégré cette notion à sa théorie, et a ainsi mis en évidence les trois fameux personnages du Triangle, « persécuteur, victime, sauveur » dont il a déjà été question ici.

Sens de la vie

Mais en quoi consiste un jeu psychologique, exactement ?

Comme chacun le sait, qui dit théâtre dit… coup de théâtre. Ce qu’Eric Berne appelle un jeu psychologique consiste le plus souvent en un mini coup de théâtre, initié par l’un des personnages en présence (persécuteur, victime, sauveur). Voilà comment cela se passe 1: Au début, deux personnes discutent. Pour commencer un jeu, chacun des protagonistes prend inconsciemment l’un des trois rôles du Triangle (en général celui qui a sa préférence). Elles poursuivent leur discussion, l’une comme Persécuteur, l’autre comme Victime par exemple. À un moment donné arrive… le coup de théâtre ! L’un des deux joueurs va « prendre ses bénéfices » : il va changer de rôle et, par exemple, s’il était Persécuteur, devenir une Victime. L’autre accuse le coup, puis « entre dans le jeu » (littéralement !) en changeant également de position, de façon quasi automatique, un peu comme si chaque changement de situation était de nature à nous « aimanter » vers tel ou tel rôle du Triangle dramatique… Les bénéfices dont il est ici question peuvent être variés : revivre un type de relation expérimenté dans l’enfance, obtenir un type de signes de reconnaissance, valider ses croyances sur soi ou sur les autres…

Impasse des pensées

Où trouver des exemples de jeux ?

La littérature, le théâtre, le cinéma en fourmillent ! Que ce soit dans l’œuvre de Shakespeare ou la célèbre série télé « Caméra Café », les jeux psychologiques sont une source incessante d’inspiration. Si vous avez encore en mémoire l’article précédent, vous vous souvenez peut-être que l’acteur Gérard Jugnot nous en a donnés quelques-uns à voir, sans toutefois les nommer précisément (soyez rassurés, vous serez bientôt à même de le faire). Mais il se trouve que notre vie de tous les jours est également une source incessante d’inspiration, et de taille (ne parle-t-on pas, par exemple, de « scènes de ménage » ?). Il suffit donc de regarder autour de soi… de se regarder soi-même, et d’être attentif, pour pouvoir observer les jeux psychologiques en action. En voici un exemple :

Un jeu décortiqué : le sketch « la scène »2

Rôles tournants : Persécuteur (P), Victime (V), Sauveteur (S).

Le père (P) à sa fille (V) : « Tu rentres à 4 heures du matin, à ton âge, tu n’as pas honte ? »

La fille (P) au père (V) « Eh bien justement, je n’ai pas ton âge, j’appartiens à la jeunesse ! »

Le père (P), en la giflant : « Je n’admets pas que l’on me parle sur ce ton ! File dans ta chambre immédiatement ! ».

La fille (V) : « Puisque c’est ainsi, demain je fais ma valise et je m’en vais ! ».

La fille part s’enfermer dans sa chambre, et la mère intervient pour la consoler (S) : « Ne t’inquiète pas, Carole, je vais parler à ton père. Il est parfois brutal et ne comprend pas toujours bien les jeunes, mais il t’aime, tu sais ? ».

Un peu plus tard, la mère (P) au père  : « Tu ne crois pas que tu exagères un peu ? Elle a 17 ans, ce n’est plus une enfant ! »

Le père (V) : « Parfait ! Vous vous liguez toutes les deux contre moi maintenant ! ».

Le lendemain, la fille (S) au père : « Je te propose un armistice papa, je t’aime bien, mais j’aimerais te parler à propos d’hier… »

Le père (V) : « J’ai exagéré, je ne voulais pas m’emporter. Excuse-moi, mais je suis énervé en ce moment. ».

D’après Eric Berne, ces trois personnages revêtent ici tour à tour les « masques » des personnages du Triangle Dramatique dans le but d’échapper à une communication véritable, qui les contraindrait à parler des véritables problèmes qui se présentent à eux (en l’occurrence, la fille qui grandit, qui n’est plus une enfant…), et qui est trop émotionnellement coûteuse pour chacun d’entre eux…

Le sketch précédent ayant été initié par un personnage en posture de persécuteur, il sera répertorié dans le « Répertoire des jeux de persécuteur », que nous publierons bientôt. Mais il a été suffisamment question de persécuteurs dans les articles récemment parus. Cette fois-ci, je vous propose de vous intéresser plutôt au…

Répertoire des jeux psychologiques initiés par une Victime (selon Eric Berne)

Pour chacun des jeux psychologiques qui vont suivre, vous trouverez des indications sur le (ou les) nom(s) sous le(s)quel(s) le jeu est connu, le plus souvent sa traduction en anglais (pour le retrouver dans l’œuvre d’Eric Berne, au besoin), une description sommaire, ainsi que le bénéfice (…même s’il peut être en apparence négatif) tiré par le joueur. Enfin, nous donnons quelques pistes pour éviter d’entrer dans ce jeu… à condition de le voir arriver !

 ✖ C’est impossible (« Jambe de bois »)

En anglais :  » Wooden leg »

Description : Justifier son incapacité, masquer ses difficultés en rejetant la responsabilité sur les autres ou sur les conditions de travail.

Bénéfice : Être lavé de toute responsabilité dans l’échec.

Comment l’éviter : Examiner sereinement les solutions possibles, et les capacités de l’autre à les mettre en œuvre: « Que comptes-tu faire? »

✖ Ce n’est pas moi, c’est lui! (« Regarde ce que tu m’as fait faire »)

En anglais : « See what you made me do.

Description : Rejeter sur l’autre la responsabilité de ses actes.

Bénéfice : Être innovant. Masquer sa peur.

Comment l’éviter : On est toujours un peu concerné ! … Parler clairement de ce qui dépend de soi, de l’autre…

✖ Ici, c’est marche ou crève…

Description : Se plaindre d’être obligé de se surmener parce qu’il est impossible de faire autrement.

Bénéfice : Fuir ses responsabilités: « C’est pas ma faute! » Justifier sa passivité.

Comment l’éviter : Ne pas en rajouter. En faire plus pour le plaisir, ou réduire son activité de façon réaliste.

✖ Et pourtant, j’ai tout fait (« Regarde comme j’ai essayé »)

En anglais : « Look how hard I’ve tried »

Description : Présenter ses échecs comme inévitables et pardonnables en faisant valoir que l’on a tout envisagé et essayé.

Bénéfice : Justifier sa passivité sans subir de blâme. Refuser toute aide, au motif que tout a déjà été fait et essayé.

Comment l’éviter : Il y a toujours quelque chose à tenter. Stimuler la partie « Adulte aux commandes » de la personne. Envisager toutes les possibilités, y compris celles qui ne l’ont pas été. Il y en a forcément…

✖ Fais à ma place, aide-moi! (« Fais quelque-chose »)

En anglais : « Do me something »

Description : Appeler l’autre à l’aide et chercher à lui faire faire notre travail ou résoudre les problèmes à notre place.

Bénéfice : Être satisfait de ne rien faire et d’être pris en charge.

Comment l’éviter : Se montrer autonome. Ne pas trop attendre des autres. Ne pas se laisser piéger.

✖ Engueulez-moi, merci (« Donnez-moi des coups »)

En anglais : « Rick me »

Description : Provoquer les autres en étant maladroit, agressif, désagréable, pour être rejeté. Courir des risques en contournant les lois établies, pour se faire prendre.

Bénéfice : Ressentir une excitation, puis de la tristesse. Se prouver que l’on est rejeté de tous et que c’est bien mérité. Après tout, un signe de reconnaissance négatif vaut toujours mieux que pas de signe du tout…

Comment l’éviter : Être moins dépendant des autres. Encourager les réussites.

✖ Sans les autres : (« Si seulement j’étais seul, sans le système!… »)

Description : Se plaindre de ne pas pouvoir réussir, en accusant les autres, sur le mode « Il y a toujours quelqu’un qui m’empêche … »

Bénéfice : Éviter les reproches éventuels, les situations qui font peur. Rester pur et innocent…

Comment l’éviter : Faire confiance aux autres. Savoir gérer ce qui dépend de soi.

✖ Gémissements (« C’est affreux! »)

En anglais : Ain’t it awful ! »

Description : Se plaindre de tout, de tous et de rien.

Bénéfice : Chercher le réconfort, attirer la sympathie et ne rien faire.

Comment l’éviter : Changer de sujet.

✖ C’est trop fort pour moi (« Je suis si stupide… »)

En anglais : « Stupid »

Description : Se prétendre incapable de faire ou de comprendre ce que l’on veut vous donner à faire.

Bénéfice : S’endormir dans la passivité, ne rien faire. Être pur et innocent, échapper à ses propres responsabilités: « Ce n’est pas ma faute, je suis incapable. »

Comment l’éviter : Faire son bilan personnel. Préciser ses capacités. Expérimenter pour éprouver et valider nos capacités sur le terrain.

✖ Débordé/Éreinté

En anglais : « Harried »

Description : Se plaindre d’être crevé, fatigué, débordé.

Bénéfice : Chercher la sympathie et le réconfort.

Comment l’éviter : Faire honnêtement le tri entre l’urgent, l’important, et ce qui peut attendre.

_

Voilà. J’espère que cela aura été instructif et édifiant… La semaine prochaine, nous parlerons un peu des jeux de sauveur

Bien à vous,

Bernard

filet

1. Pour plus de précisions, voir http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/les-jeux-psychologiques/.
2. (Extrait de l’excellent « Que Sais-Je » sur l’Analyse Transactionnelle, de Gérard CHANDEZON et Antoine LANCESTRE ; PUF – 1982).

Les jeux psychologiques : le principe

Bonjour,

L’article de la semaine dernière vous présentait un étrange bestiaire marin, métaphore de la condition humaine, où figuraient carpes, requins et autres dauphins… je vous ai même parlé d’un animal hybride que j’appelais le requin déguisé en dauphin.

Un des commentateurs a évoqué une situation où un « requin déguisé » joue à « Je voudrais tellement que tu m’aides, je suis certain que tu le peux« , avec une idée derrière la tête : celle de mieux mettre tout son petit monde en échec par la suite.

Typiquement , il s’agit là de ce qu’Eric Berne (fondateur de l’analyse transactionnelle) appelle un jeu psychologique.

Qu’est-ce qu’un jeu psychologique ?

Dans son ouvrage « Des jeux et des hommes« , Eric Berne définit le jeu psychologique comme « le déroulement d’une série de transactions cachées, complémentaires [entre plusieurs protagonistes], progressant vers un résultat bien défini, prévisible ».1 .

Quelques exemples de jeux

En fouinant un peu sur le net, j’ai fini par tomber sur un clip vidéo étonnant, constituant une excellente introduction aux jeux psychologiques par l’exemple. C’est présenté par… Gérard Jugnot !

Plusieurs jeux décrits par Eric Berne y sont ici répertoriés et explicités. je trouve que cela vaut toutes les démonstrations, je vous laisse regarder ça:

La semaine prochaine je vous donnerai de plus amples informations sur le sujet. Comme vous le verrez, toutes nos salles de cours, salles de formation, et plus largement l’ensemble de nos lieux de travail… et de vie quotidienne (y compris la vie de couple ou la vie de famille) sont le théâtre quotidien de ces jeux psychologiques. En prendre conscience, c’est déjà le début d’un moyen d’espérer y échapper un jour pour… du mieux !

C’est tout le bien que je nous souhaite.

Bien à vous,

Bernard

filet

1. [D’autres renseignements fort utiles sur ce sujet sont fournis par le site analysetransactionnelle.fr , où ces concepts (…et beaucoup d’autres !) sont décrits et détaillés de manière très pédagogique, documentée, complète.]

Un nouvel animal sorti des abysses du développement personnel : Le requin déguisé en dauphin

Bonjour,

Vous savez que je m’intéresse depuis longtemps au développement personnel, et à ses applications en situation de formation. Car une situation de formation revêt souvent les aspects d’un petit théâtre dans lequel chacun des participants va venir se glisser, fût-ce malgré lui, dans la peau d’un personnage écrit il y a bien longtemps. Quel personnage ? Celui qui nous correspond le mieux, ou encore celui dont nous nous sentons le plus proche. En général, ces comportements sont croqués à merveille par nos amis les illustrateurs, comme en témoigne l’image ci-dessous.

Les participants comme le formateur les voit

Les participants comme le formateur les voit

Cette image provient d’un de ces documents photocopiés et re-photocopiés des dizaines de fois, et donc piquetés de mille pattes de mouches parasites. Il est de ceux qu’on fait circuler dans les bureaux à l’heure de Caméra-Café, et qu’on affiche volontiers dans la salle qui a des couattes… J’en ai récupéré un exemplaire que j’ai patiemment restauré à la palette graphique. J’ignore totalement l’identité de l’illustrateur de génie qui a pris sur le vif cette « photo plus vraie que nature »… Comme j’aimerais pouvoir le féliciter !

Un jour, un collègue formateur m’a même fait remarquer ceci : « Non seulement tous ces personnages existent, mais regarde bien, ils sont en général répartis géographiquement dans la salle de formation de manière rigoureusement identique à la photo ! Il s’agit  donc bel et bien des participants…comme le formateur les voit ! ». Et le pire c’est que je suis complètement d’accord ! Faites donc le test lors de votre prochaine session, vous m’en direz des nouvelles !

Le triangle dramatique : une configuration qui ne date pas d’hier…

Depuis fort longtemps, les comportements humains ont ainsi fait l’objet de métaphores animales.

Ainsi, Le Triangle Dramatique, dit aussi Triangle de Karpman, est une célèbre figure qui nous a été apportée par l’Analyse Transactionnelle. Cette fameuse figure du triangle met en évidence un scénario relationnel typique entre trois archétypes, trois personnages, trois rôles, si vous préférez, qu’on a pris l’habitude d’illustrer par des animaux :

Le requin

C’est un persécuteur… Il parle souvent à la 2ème personne (employant volontiers un « tu es… » particulièrement culpabilisant). Il adore critiquer le travail des autres, ne se montre jamais compatissant, et ne connait pas la tendresse (puisqu’il n’en exprime pas, il n’en reçoit pas non plus en retour… dans le meilleur des cas, il doit se contenter de marques de soumission). Ce rôle est souvent adopté spontanément par des personnes qui, depuis l’enfance, ont accumulé beaucoup de frustrations et ont pris le pli de les faire payer aux autres (…tous les autres, c’est bien là le problème !). Sa plus grande crainte : tomber sur plus requin que lui, ce qui cause chez lui un état de stress plus ou moins permanent.

La carpe

C’est une victime… qui a tendance à « rester toujours au fond du bassin », dans la douillette pénombre où, croit-elle, les dangers auront moins de chance de l’atteindre. Elle ne combat jamais, mais subit, cherchant avant tout à ne pas faire de vagues, et adopte volontiers une posture excessivement prudente, voire méfiante à l’égard de tout et de de tous (employant souvent les tournures impersonnelles, de type « On m’a dit… »). N’oublions pas toutefois que toute victime peut avoir une part de responsabilité dans le fait même d’être victime, ou de le rester. Du coup, ce rôle ne comporte pas que des inconvénients : mine de rien c’est aussi une manière particulièrement efficace d’attirer l’attention sur soi. Celle du persécuteur, bien entendu… mais pas seulement. Car toute victime qui se respecte (…façon de parler, hein ?) véhicule  également un appel au soutien. C’est là qu’intervient l’animal suivant :

La carpe pseudo-éclairée

C’est un sauveur… Son occupation favorite consiste à accourir vers une carpe-victime, dont il est capable d’entendre l’appel avec une incroyable acuité… au point d’être capable de devancer ! Ensuite, il s’emploie aussitôt à porter secours à ladite carpe-victime en lui prodiguant de bons conseils, pétris de bons sentiments et de « moi, à ta place… ». Il se positionne donc clairement contre le requin, et dans le même camp que la carpe-victime. Une de ses incarnations les plus représentatives est le ou la collègue de bureau à qui on a l’habitude de raconter tous nos petits malheurs.

Ce rôle peut revêtir quelques aspects gratifiants d’un point de vue narcissique, mais en même temps, il place mécaniquement l’autre dans une position d’incapacité (« …Mes pauvres enfants, que feriez- vous sans moi ?… »). Pour justifier son existence, la carpe-illuminée-sauveur se trouve  donc toujours plus ou moins contrainte de se mettre en quête, à défaut de moulin à vent, d’un requin-persécuteur (requin qu’elle pourra désigner sous le vocable du méchant, de l’étranger, de l’ennemi de classe… faites votre propre marché, les possibilités sont infinies !). Mais ses besoins ne sont pleinement assouvis qu’après qu’il ait également pêché au moins une carpe-victime à sauver, et pour laquelle notre sauveur entend bien se « sacrifier », si nécessaire.

Sacrifice, le mot est lâché. Sans parler du mythe des super-héros (vieux comme le monde), il est à noter qu’une éducation empreinte de bonnes intentions politiques ou religieuses peut dans certains cas contribuer à semer le trouble dans les esprits avec cette notion de sauveur, particulièrement dans nos civilisations judéo-chrétiennes, mais pas seulement. Malheureusement, ne s’improvise pas Jésus, Bouddha ou Gandhi qui veut ! D’où d’amères déceptions chez celui qui croit sincèrement ne rien attendre des autres en retour de ses propres largesses, mais n’a pas vraiment le tempérament adéquat. Le cas échéant, il pourra se reconnaître à chaque fois qu’il prononcera la phrase caractéristique de  tout sauveur déçu : « …Après tout ce que j’ai fait pour lui/elle/elles/eux ! ».

On tourne diablement en rond dans ce bassin…

Plusieurs chercheurs ont démontré qu’en général, si une personne utilise un de ces rôles (par exemple la carpe-victime), elle entraîne de facto l’autre à jouer un des deux autres rôles complémentaires (dans notre exemple : la carpe-illuminée-sauveur ou le requin-persécuteur), comme si toute situation de communication (spécialement quand ça se passe mal) tendait à nous « aimanter » tôt ou tard à l’un de ces trois pôles d’attraction.

Le pire, c’est que ces trois rôles peuvent finir par se mélanger… Et c’est là que ça peut devenir franchement malsain. Ainsi, lorsqu’une personne se sent victime, elle se comporte aussi peu ou prou elle-même en persécuteur, à chaque fois qu’elle cherche à solliciter l’attention des autres avec ses problèmes, voire à les amener à entrer plus ou moins dedans… D’où l’aphorisme bien connu « Qui de rien ne se mêle de rien ne se démêle« .

Par ailleurs, un sauveteur, même sincère, ne pourra et ne saura que nous porter secours en nous apportant ce qui serait bon pour lui s’il était dans la même situation (« moi, à ta place… »). Or, en tant que personne bien distincte de nous, rappelons-nous (et au besoin rappelons-lui)  qu’il n’est PAS à notre place !

C’est ainsi qu’on entend souvent dire que les trois rôles de victime, sauveur et persécuteur sont étroitement liés, et forment une triade. Et toute communication se trouve pour ainsi dire perturbée lorsque les protagonistes adoptent ces rôles plutôt que d’exprimer réellement leurs émotions et leurs idées, sans être pollués par le chant de toutes ces sirènes (marrant ça… encore un animal marin !).

À y regarder de plus près, ce fameux triangle persécuteur/victime/sauveteur n’est jamais qu’une zone de subir et de faire subir. Cela fabrique à foison victoires, défaites, mais aussi trahisons et autres coups de théâtre, avec tout leur cortège de frustrations, culpabilités, ressentiments et autres besoins de vengeance qui d’une manière ou d’une autre ne font qu’aggraver les choses… Or, pour qui veut vraiment faire avancer les choses en question, il est souvent légitime de vouloir chercher à sortir de ce triangle maléfique.

Arrivée plusieurs décennies après l’Analyse Transactionnelle, la PNL (technique de développement personnel élaborée par Richard Bandler et John Grinder dans les années 70, aux États-Unis) nous en fournit une possibilité, en reprenant à son compte les trois personnages du triangle dramatique, et en y ajoutant…

Le dauphin

Ce personnage s’efforce d’agir en médiateur… Ayant attentivement étudié le fonctionnement des trois personnages du triangle, il va s’efforcer de ne pas tomber dans ce piège, pour adopter une posture positive, réaliste, dans un souci d’assertivité (c.-à-d. respecter l’autre tout en se faisant respecter soi-même). Voici quelques préceptes qu’il s’efforce d’appliquer :

  • Le dauphin-médiateur tient à tout prix à sortir du triangle, qu’il considère comme une zone de « subir » et de « faire subir ».
  • Il a des idées positives. Sans être utopique, il sait qu’il a du pouvoir pour faire bouger les choses à son niveau. Sachant cela, il agit (pendant que tant d’autres parlent).
  • Il a des objectifs précis, et il sait où il en est par rapport à ça.
  • Il sait garder sa place, et remettre l’autre à la sienne si nécessaire (…comme ces deux mots sont importants !)
  • Il a confiance, alors que les autres personnages sont dans la peur (…de se faire détruire).
  • Il a choisi l’action plutôt que la réaction, la réflexion plutôt que le réflexe.
  • Il a choisi… tout simplement. Il sait que choisir, c’est accepter de perdre. Et qu’accepter de perdre c’est être libre.

Voilà pour l’essentiel. Sachez en outre que ce quatrième animal n’a pas été choisi au hasard, mais plutôt en raison du comportement qu’il semble avoir vis-à-vis de ses congénères, et également avec nous autres les humains, depuis des temps immémoriaux. Mais cela ne s’arrête pas là. Ainsi, on raconte que dans les mers, lorsqu’un dauphin se trouve face à un requin qui entend… disons lui porter tort, l’issue du combat ne fait jamais de doute : c’est toujours le dauphin qui gagne ! L’autre terreur a beau exhiber ses quatre rangées de dents aussi redoutables que tranchantes, cela ne lui sert strictement à rien, puisque le dauphin pratique comme personne l’art de l’aïki(bu)do des mers, et sait tuer un requin en un éclair en lui appliquant un coup mortel au foie à l’aide de son rostre (museau). Ensuite, il retourne vaquer tranquillement à ses occupations, comme si de rien était. Quelle classe ! Pas de remous inutile, jamais la moindre manœuvre d’intimidation, et en même temps, si on le cherche, on le trouve 🙂

Ouh là là, que tout cela se complique !

Mettez-vous à ma place : moi qui me croyais tranquille après avoir étudié plusieurs ouvrages, puis suivi moultes stages, conférences et autres séminaires portant sur l’analyse transactionnelle et ses trois animaux de base, voilà qu’un plongeon de deux années en immersion profonde dans l’univers de la PNL, au début des années 2000 m’a amené à remettre tout ce joli petit assemblage en question ! Ainsi donc, il n’y avait donc pas trois, mais quatre animaux symboliques dans le monde des relations interpersonnelles ! Bien entendu j’ai adoré l’histoire de ce dauphin, et n’ai eu de cesse que de lui ressembler… comme beaucoup de mes petits camarades de promo, d’ailleurs. Aujourd’hui encore, je m’efforce d’identifier mes propres postures à chaque fois que j’en trouve le moyen (« …Attention mon petit père, là tu fais clairement ta carpe/ton requin/ton sauveur »). Du coup, je m’efforce en toutes circonstances de « coller », comme tant d’autres, au personnage du dauphin, dans la mesure de mes possibilités, car il est de loin, à mes yeux, le rôle le plus difficile à tenir dans le théâtre de la vie, mais aussi le seul qui en vaille vraiment la peine…

Donc, fini les trois animaux, il y en a donc bien quatre. Soit. Mais là où vous allez rire, c’est que depuis lors, je me suis tellement bien habitué que j’ai fini par découvrir… un cinquième animal !

Un 5e personnage…

On a vu que, déjà, le personnage du dauphin, à l’inverse des trois premiers, procède une intention précise issue de l’observation des personnages existants, et non pas d’une simple posture « en réaction » par rapport à l’entourage : Cela peut se résumer ainsi : « J’ai bien compris en quoi les rôles de persécuteur, victime et sauveteur sont tôt ou tard néfastes pour moi et pour les autres, j’aspire et surtout je crois à un équilibre possible entre l’affirmation de soi et le respect d’autrui, et je choisis ,en conscience d’adopter cette posture du dauphin, à chaque fois que j’en aurai la présence d’esprit, même si je suis conscient que ce n’est pas gagné. Je choisis cette posture parce qu’elle correspond à des valeurs que je partage pleinement« .

C’est là qu’intervient un autre outil PNL :

Le Virus de pensée.

Le virus de pensée, comme son nom l’indique, est avant tout une chose qui se propage. Une sorte de petit ver qui vient s’insinuer dans notre grosse pomme de tête, et qu’on on a toutes les peines du monde  à identifier, puis à déloger. Les deux principaux virus de pensée connus et répertoriés sont « Y en aura-t-il assez pour moi ? » et « Suis-je aussi fort que… ? ».

Le premier virus, « Y en aura-t-il assez pour moi ? », dit complexe de l’aîné, survient lorsqu’un nouvel enfant paraît dans une famille, et que son ou ses aînés se retrouvent comme « détrônés » de l’attention centrale dont ils jouissaient auparavant. Du coup, on se sent en droit de se demander si on va désormais en avoir autant que l’autre. Autant de  quoi ? …D’amour, d’affection, d’attention, de nourriture, d’autorité, de pouvoir, de ressources minières, d’accès à la mer… Faites votre choix, la liste est infinie.

Le deuxième virus, « Suis-je aussi fort que… ? », dit complexe du cadet, s’attaque en général au « dernier arrivé » dans une famille, une entreprise, une institution internationale, un groupe social quelconque… À tort ou à raison, ce nouveau venu s’imagine parfois qu’il va lui falloir veiller âprement au grain pour se tailler, si nécessaire à coups de machette, la place qu’il croit naturellement lui revenir (…à tort ou à raison, encore une fois). C’est ainsi qu’il peut se retrouver obsédé par la lancinante question du « Suis-je aussi fort que… ? ». Fort (…ou pourvu) en quoi ? Là aussi, faites votre marché, tout est bon à saisir en fonction de votre humeur ou de vos frustrations, qu’il s’agisse d’amour, d’affection, d’attention, de nourriture, d’autorité, de pouvoir, de ressources minières, d’accès à la mer… Faites votre choix, la liste est… rigoureusement la même !

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que certains chercheurs s’intéressent aux virus de pensée à tous les niveaux… y compris dans les négociations internationales (après tout, il s’agit là d’une grille de lecture de la géopolitique pas spécialement plus inadaptée que les autres…).

Ils sont partout, ces gens-là…

Si c’était encore nécessaire, rappelons qu’en cette période d’incertitude et de crise des valeurs, il se trouve en ce bas monde de plus en plus de personnes attirées par le domaine du  développement personnel (que ce soit l’analyse transactionnelle, l’art-thérapie, le coaching, la communication non violente, l’ennéagramme, l’hypnose, la méthode Coué, la programmation neurolinguistique (PNL), le qi gong, la relaxation, le rêve éveillé, la scénothérapie, la sophrologie, le training autogène, le yoga, et des dizaines d’autres). D’une certaine façon, cela peut leur donner l’impression d’avoir, disons une certaine « longueur d’avance » dans leur vie de tous les jours, pour communiquer avec les autres dans un état d’esprit où respect, bienveillance, tolérance, et encore une fois prise en compte de nos propres besoins et de ceux de notre alter ego trouvent toute leur place.

À une condition toutefois : celle d’avoir fait suffisamment de chemin pour avoir intégré, digéré, et mis à profit tous les bienfaits qu’on peut attendre de telles pratiques dans une compréhension sincère de nos intérêts mutuels et réciproques. Faute de quoi, ils risquent fort de se comporter de manière aussi inconsidérée que ces savants fous qui commandent des machineries infernales dont la portée réelle leur échappe. Du même coup, ils accréditent chez leurs semblables l’idée que tout ça, c’est uniquement fait « pour mieux manipuler les autres »… Ce qui est particulièrement dommageable (Cf. le paragraphe intitulé « Les bouchers et les criminels » dans cet article, paru récemment ici sur un sujet connexe).

Le cinquième personnage : un requin déguisé… en dauphin !

Lorsque toutes ces conditions de saine et juste compréhension ne sont pas réunies, et Dieu sait que c’est hélas encore trop souvent le cas, la personne en question n’aura aucun scrupule à utiliser toutes ces techniques à son seul profit, à des fins de manipulation et, cerise sur le gâteau, sans même avoir l’air d’y toucher ! Et si elle-même se trouve atteinte par un virus de pensée, alors là c’est le pompon, cela ne fera qu’aggraver les choses. En pareil cas, elle passera très vite maître dans l’art de semer autour d’elle de la culpabilité, du ressentiment, de la mésentente, ainsi que et tout un tas de sentiments désagréables et surtout improductifs (rien n’est plus contagieux qu’un virus de pensée… je vous aurai prévenus !), tout ceci afin de mieux lui permettre d’avancer elle-même, pendant ce temps, ses propres petits pions sur l’échiquier de la vie, en toute tranquillité, au besoin avec la main sur le cœur, tel un requin pourvu des toutes nouvelles armes du marché. Avec, en prime, un cynisme dont elle n’aura parfois même pas conscience, forte qu’elle sera du sentiment de mériter à elle seule tous les droits du monde, toute à son sentiment d’être dans un en état de « manque menant à de l’avidité » perpétuel. Ces destructeurs malheureux n’en ayant jamais assez, ils pratiquent volontiers le culte du « toujours plus ». Étrangement, d’une manière paradoxale, cela provient le plus souvent d’une croyance limitante dans leurs propres capacités (voir la légende des deux oasis…).

À l’image du Grand Vizir Iznogoud, les requins déguisés en dauphins endossent volontiers les habits de ce petit personnage de bande dessinée dont l’obsession était très précisément « …d’être calife à la place du calife », et qui, prêt pour cela à commettre les pires infamies et turpitudes, se retrouvait souvent la risée de tous. Quand il s’en rendait compte, cela ne faisait que le rendre encore plus teigneux et irascible… Ensuite il retournait comploter avec ses sbires, toujours au service de sa stratégie de bazar…

On m’a assuré que ces individus pullulent dans les sphères du pouvoir, et qu’en certains cas il en est qui arriveraient ainsi à se hisser jusqu’aux plus hautes fonctions, voire à s’y maintenir. Mais cela a sans doute dû se produire sous d’autres latitudes, parce que là, non, franchement, je ne vois pas… 🙂

Rentrée 2013 : cet animal semble vouloir coloniser la planète… Que font les écolos ?

Étrangement, depuis cette période de rentrée, il m’a été donné de voir poindre le nez de plusieurs de ces requins déguisés en dauphins. En général je les vois arriver à trois kilomètres et ils ne m’impressionnent nullement. Mais il m’est arrivé d’être bien malgré moi le témoin des dégâts qu’ils occasionnent auprès de mes semblables…

Je m’en suis ouvert à nombre de mes amis, collègues, contacts et autres petits camarades du net. Apparemment, la plupart d’entre eux semblent partager mon sentiment. L’un d’eux (David Faessler) m’a même tout récemment répondu (texto) que la prolifération de ce genre de calife devient inévitable, au point qu’il est impossible de croiser une personne n’en ayant jamais rencontré ! Le pire étant qu’on les retrouve parfois dans des postes hiérarchiques et stratégiques des entreprises, là où cela fait le plus de dégâts (sic).

Hélas, curieusement, malgré cette apparente convergence de points de vue, je n’ai jusqu’à ce jour trouvé mention de cet animal nulle part, dans aucune nomenclature, taxonomie, ou autre inventaire. J’attends ce moment avec d’autant plus de jubilation et d’impatience que derrière ma petite lorgnette (…qui vaut ce qu’elle vaut, et vice-versa) j’ai la très désagréable impression que, depuis ces derniers temps, le requin déguisé en dauphin a nettement tendance à se reproduire à vitesse grand V et à envahir nos campagnes (pas seulement électorales) à une cadence vertigineuse. Ne serait-ce que pour cette raison, il mériterait largement de figurer à son tour au programme de tout bestiaire présenté dans un programme de formation en développement personnel (…pour ma part, je m’efforce systématiquement de le faire lors de mes interventions sur ce genre de sujets… cela me semble relever d’une question de salubrité publique). À mes yeux il y a toute sa place.

Mais bon, ce que j’en dis, hein ? …

Bien à vous,

Bernard

filet

…Avec une spéciale dédicace à Françoise et Addie, qui en d’autres temps m’ont initié à toutes ces merveilles, et que je ne remercierai jamais assez pour leur si précieux enseignement. Bien des années après, il m’a largement donné matière à l’écriture de cet article. Les sachant partageuses, je me suis donc permis 😉

Navigation des articles

cvpcontrelaviolencepsychologique.wordpress.com/

LA VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE CONDUIT À LA DÉPERSONNALISATION ET À LA MORT PSYCHIQUE DE CELUI QUI LA SUBIT. ANNE-LAURE BUFFET

Bernard Lamailloux

La vie est trop courte pour être petite

Education relationnelle

Tribulations d'une éducatrice, spécialisée dans la relation

Bea Dupriez

Chuuuut... plus de bruit...

moocmooc

Partage de projets

Manon Silvant

Keep MOOCing Forward

Secouez le Cours

Éducation, Bidouilles, Logiciel libre and so on...

Blog de M@rcel

Technologies et Pédagogies, comment les marier ?

Classe maternelle, Gennevilliers

Recherche pour la formation de l'Homme et le développement de ses pleins potentiels

Précieuses

Petits chemins de retour vers soi...

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Smell of Female

Shoes, Art, Fashion, Illustration

TraducArte

El arte de traducir arte

OSARRO

Une nouvelle voie pour apprendre

existence!

Le site de Jean-Paul Galibert

Blog d'Anna

Apprentissage des langues en ligne

Cabinet de Médiation

Votre partenaire relationnel

La vie est large

" La vie est courte mais très large" Jim Harrison

alainsaboret

"Still alive alter all these years" Paul Simon

V E CHRONIQUE

La nouvelle chronique de Véronique Mathio

Le Coq et le Cerisier

promenons-nous au Japon.

Peau d'Art

Manon Morin Expositions Paris.com site

Visualisations 3

Aperçu d'informations souvent recueillies dans le monde anglophone de la croissance personnelle

Didac2b

Des outils pédagogiques, des réflexions sur la formation et le e-learning, et beaucoup d'images !

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

L'espace à Zecool

La passion d'apprendre dans le monde aujourd'hui

The blog of blog of blogs

Les aventures d'un ethnologue dans le grand monde

Zen Uchi

La maison du Zen et du bien-être

WP Buzz Wordpress

WP Buzz Wordpress - Le petit blog du buzz on wordpress ! Sites Web , Photos, Vidéos, Produits, Publicités .. Faites le buzz sur Petitbuzz.com

Pascal Launay

Billets d'humeur

La vie en face

Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu'une forêt qui pousse

VousaVezditVirtuel's Blog

Expérimentation partagée de séquences de travail collaboratif et de formations dans un monde virtuel (Openlife) avec le réseau des centres sociaux de France (FCSF). Come and share with us an experimentation of collaborative work in a virtual world (Openlife) with the french Settlements network (FCSF)

ateliers claire lecoeur

ateliers d'écriture et formations

La Révolution Intérieure

Un site utilisant WordPress

le Blog du conectiviste sans n

l'instinct d'apprendre

Former plus haut !

Redonner le plaisir de transmettre et d'apprendre

AYMA

La santé intégrale au service de l'Être

plerudulier

Recipient of whatever I feel like sharing | Pensées partagées

audece's way

I'm a moocKita

Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

%d blogueurs aiment cette page :