Apprendre mieux

Un blog de Bernard Lamailloux – ingénierie pédagogique et artistique

Archives du tag “ITyPA”

Décidément, vous en avez une mémoire extraordinaire !

Bonjour,

Il est bien connu que tout ce qui permet de tordre le cou aux croyances restrictives des apprenants sur leurs propres capacités est bon à prendre.

Il y a quelque temps, il a été ici question d’un moyen infaillible pour retenir durablement une liste de dix éléments (ce moyen utilisait la forme des chiffres). Aujourd’hui voici un moyen d’en retenir… cent !

Ce que nous allons voir aujourd’hui vous permettra également de retenir de nombreuses séries de chiffres, codes, mots de passe, numéros de téléphone et que sais-je encore…

Le système est fondé sur un principe particulièrement ingénieux, mis au point par un certain Bruno Furst 1. Au début, cela semble quelque peu étrange, mais je vous recommande de vous accrocher car c’est une véritable pépite !

Toujours des consonnes…

Bruno Furst a tout  d’abord eu l’idée d’associer chaque chiffre à un son, toujours une consonne, en utilisant la table suivante :

0 Le son « S » ou  « Z »…
1 Le son « T » ou « D »
2 Le son « N »
3 Le son « M »
4 Le son « R »
5 Le son « L »
6 Le son « Ch » ou « J »
7 Le son « K » ou « G »
8 Le son « F » ou « V »
9 Le son « P » ou « B »

On remarquera qu’à chaque fois que c’est possible, le son est disponible dans sa variante sourde (sans vibration des cordes vocales) et sonore (avec vibration des cordes vocales).

Ensuite, il nous est proposé d’associer chacun de ces sons à un mot contenant cette consonne, et aucune autre (mots d’une syllabe, donc, le plus souvent). En voici un exemple :

0 Le son « S » ou  « Z »… Soie
1 Le son « T » ou « D » Thé
2 Le son « N » Noé
3 Le son « M » Mai
4 Le son « R » Roi
5 Le son « L » Loi
6 Le son « Ch » ou « J » Chat
7 Le son « K » ou « G » Cou
8 Le son « F » ou « V » Fée
9 Le son « P » ou « B » Pied

La première étape de la méthode consiste à mémoriser ces dix mots, en relation avec chacun des chiffres donnés. Contrairement à la méthode fondée sur les formes des chiffres, le lien entre chaque mot et chaque chiffre est absolument arbitraire. En revanche, rien ne vous empêche d’utiliser la technique des images mentales pour vous permettre de construire une relation entre chaque chiffre et chaque mot.

Rappel concernant les images mentales :

Elles doivent être…

  • Dynamiques
  • Colorées
  • Exagérées

(Si vous avez besoin de plus de précisions, ces trois conditions ont déjà été commentées et développées ici ).

À titre d’exemple, voici les petites histoires que je me suis racontées pour m’aider à fabriquer des images mentales à partir de cela

Chiffre Mot Image mentale
0 Soie Une écharpe soyeuse, enroulée, formant un cercle parfait…
1 Thé Un grand verre de thé à la menthe, haut, étroit…
2 Noé Une arche de Noé avec un couple de girafes, bien visibles, à l’avant…
3 Mai Un cerisier en fleurs, avec trois branches principales…
4 Roi Un roi de jeux de cartes, avec une couronne stylisée à 4 « pointes »…
5 Loi Un policier disant « au nom de la loi je vous arrête », en brandissant les 5 doigts de sa main ouverte…
6 Chat Un « Chat assis » (je joue avec le son)…
7 Cou Analogie entre « poussette » et « Cou 7″
8 Fée Une belle fée aux formes avantageuses… vue de loin, sa taille de guêpe la fait ressembler à un huit
9 Pied Pour le faire ressembler à une empreinte de pas, Il faudrait à peine modifier le chiffre 9

Insistons bien sur le fait que ceci n’est qu’un exemple… si telle ou telle association d’idée vous paraît par trop « tirée par les cheveux », il ne tient qu’à vous d’en trouver une autre.

Comment passer de dix « chiffres » à cent  « nombres » ?

C’est là que réside tout le talent de Bruno Furst : considérant en effet que chaque nombre est constitué d’une suite de plusieurs chiffres…  il lui a suffi, dans son système de correspondance, de trouver pour n’importe quel nombre, un mot contenant « une suite des bonnes consonnes ».

Ainsi, le nombre 10 étant constitué d’un 1 « puis » d’un 0, il nous suffit, après avoir consulté la table de départ, de trouver un mot contenant  Le son « T » ou « D », puis Le son « S » ou  « Z » pour lui trouver un mot associé. Nous  proposerons ici le mot « tasse ». Suprême astuce : si par la suite, nous avons du mal à retenir que « 10 = tasse », nous pouvons quand-même tenter de partir à la pêche aux souvenirs si nous savons qu’il est constitué de quelque-chose ressemblant à « Thé », puis de  quelque-chose ressemblant à « Soie » au niveau des consonnes… Cela ne semble peut-être un peu maigre… sauf si nous avons retenu parfaitement les sons associés aux 10 chiffres de base !

Pour les nombre 10 à 19, voici ce que cela peut donner :

Nombre …Soit le son… … puis le son… Mot proposé :
10 « T » ou « D » « S » ou  « Z »… Tasse
11 « T » ou « D » « T » ou « D » Tête
12 « T » ou « D » « N » Tonneau
13 « T » ou « D » « M » Tamis
14 « T » ou « D » « R » Tour
15 « T » ou « D » « L » Toile
16 « T » ou « D » « Ch » ou « J » Tache
17 « T » ou « D » « K » ou « G » Tic
18 « T » ou « D » « F » ou « V » Touffe
19 « T » ou « D » « P » ou « B » Taupe

Voilà. Dorénavant, il est plus facile d’apprendre les mots associés aux nombres 10 à 19. Encore une fois, si un mot ne vous plaît pas, rien ne vous empêche d’en trouver un autre… à condition qu’il obéisse aux règles (ainsi, le 18, « touffe » peut aisément être remplacé par « douve », ou encore par l’acronyme « DIF », bien connu de ceux qui – tout comme moi – travaillent dans la formation professionnelle !) Ainsi, vous êtes tous invités à puiser dans votre propre vécu, tous les coups sont permis puisque ça se passe entre vous et… vous 🙂

Maintenant, si le cœur vous en dit, vous pouvez aller plus loin en utilisant le tableau suivant, qui vous propose des exemples d’associations d’idées pour les nombres de zéro à cent (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Universalité de la méthode

Il est à noter que cette méthode a tout d’abord été créée par un anglophone, mais que la structure « consonne / voyelle » étant présente dans toutes les langues du monde, elle est facilement adaptable à n’importe quelle langue (comme nous le faisons d’ailleurs en ce moment).

Exemple d’utilisation : apprenons par coeur le numéro de téléphone du Président de la République !

Imaginez que vous ayez absolument besoin de retenir le numéro de téléphone du Président de la République… Si vous le voulez bien, nous nous contenterons ici de celui du standard du Palais de l’Élysée, qui est à ce jour le 01 42 92 81 00.

Avec le système proposé, cela donne :

Soie – Thé – reine –panneau –fête –soie – soie

En lisant ces mots, il ne m’a pas fallu bien longtemps pour imaginer une phrase magique :

Je me suis inspiré des panneaux que les parents accrochent à tous les carrefours pour aider à trouver l’emplacement de la fête d’anniversaire de leurs jeunes enfants, le jour J, dans les zones de campagne envahie par d’anciens urbains, comme celle où je vis. Ils écrivent le plus souvent des phrases du genre « Anniversaire Chloé » ou quelque-chose dans ce goût-là… avec une flèche pour indiquer la direction…

Et j’ai imaginé que des parents essayaient de créer un panneau original pour leur petite fille, en quelque sorte leur petite reine, qui avait invité plein d’autres petites reines à leur fête (et en plus, reine… l’Élysée n’est pas bien loin !).

Ainsi, le groupe de mots

Soie – Thé – reine –panneau –fête –soie – soie

S’est transformé (après quelques essais, et en vérifiant que le système était respecté) en…

Si t’es reine, panneau « fête », c’est ça

…ou, si vous préférez :

C.Q.F.D…

J’ai déjà rencontré des personnes ayant durablement mémorisé les numéros d’appel de tous leurs amis, ou encore des codes d’accès ou mots de passe multiples et variés, uniquement en utilisant cette méthode. Auprès le leur entourage, ils passent pour des êtres à la mémoire exceptionnelle. C’est bien compréhensible. Après, certains partagent leur combine, et d’autres pas, c’est la vie…

Pour les étudiants qui doivent retenir de gigantesques suites de nombres plutôt fastidieuses (comme des dates historiques, des articles de loi et beaucoup d’autres choses), ce moyen injustement méconnu est idéal.

Voilà, j’espère que ce système vous parle, et vous convient.  Si tout comme moi vous pensez qu’il vaut la peine, diffusez-le autour de vous, vous ferez ainsi oeuvre utile.

N’hésitez pas non plus à utiliser les commentaires, ils sont faits pour cela, et je serai ravi d’y répondre 🙂

Bien à vous,

Bernard

filet

 

1. Dernière minute : Comme on peut le lire plus loin dans les commentaires, il apparaît en définitive que, contrairement à ce que je croyais, cette méthode vient non pas de Bruno Furst, qui n’a fait que la dépoussiérer, mais semble beaucoup plus ancienne. Le code « chiffre-son » daterait de 1643, et on le retenait alors avec la phrase « Dieu Ne Me Rend La Joie Qu’à Vos Pieds Saints » (1 2 3 4 5 6 7 8 9 0). (cf : https://fr.wikipedia.org/wiki/Code_chiffres-sons). Merci à Cym13 pour cette précision.

Publicités

Apprendre mieux : pédagogie et développement personnel font-ils bon ménage ? (1/2)

Cet article est le plus récemment paru dans le dossier « Apprendre mieux ? » publié sur ce blog. Pour un accès aux articles précédents, voir les liens ci-dessous :

Apprendre mieux ? (découverte de la grande galaxie du Mieux-Apprendre)
Apprendre mieux ? Épisode 2 : Les grands principes
Apprendre mieux ? Épisode 3 : Vous avez une mémoire extraordinaire !

Comment sortir de la bouteille

L’éducation est une épée à double tranchant. Elle peut devenir dangereuse si elle n’est pas maniée correctement. (Wu Ting-Fang)

Comme nous commençons à le voir, le mieux-apprendre est tout sauf une science. Cette « discipline pédagogique de l’action » repose plutôt sur le bon sens, mais aussi sur notre propre capacité à oser nous remettre en question et tenter quelque chose de nouveau. Il est aisé de comprendre que sur ce registre-là, le développement personnel (pfffft…. encore un truc aux contours pas toujours très précis, encore une galaxie, quoi… :-)), bien que complètement « déconnecté » du mieux-apprendre à proprement parler, peut avoir un rôle essentiel à jouer dans une pareille démarche. Étant donné que ce fut mon cas, et que j’en ai retiré un énorme bénéfice, je n’hésite pas à développer ce sujet ici (…que les éventuels puristes des deux galaxies en question daignent me pardonner).

Être au clair avec nos propres croyances et nos propres émotions

Il est aisé de remarquer qu’une grande partie du succès ou de l’échec d’une démarche d’apprentissage tient aux représentations mentales que les uns et les autres se font de l’apprendre, de « l’idée qu’ils s’en font », en quelque sorte. L’acte d’enseigner, de former, n’étant pas de tout repos (…certains d’entre vous l’ont peut-être déjà remarqué 🙂), il est naturel qu’en pareil cas nous ne mettions pas toujours le plus grand empressement à sortir du connu pour aller vers ce qui ne l’est pas…

En outre, pour accepter ne serait-ce que l’idée d’apprendre (dans le sens « enseigner ») en s’amusant (…ce qui, rappelons-le, fait partie des fondamentaux du mieux-apprendre), il est indispensable d’être au clair avec nos propres croyances et émotions. En général, plus on possède un bagage intellectuel conséquent, plus on est en mesure d’invoquer – à juste titre – de raisons pour expliquer que notre propre conduite ne doit pas se laisser guider par nos émotions.

Les croyances limitantes, ça limite, mais d’un autre côté, les croyances portantes, ça porte… 🙂

J’ai abordé plusieurs fois ici la notion de « croyance », en particulier pour ce qui concerne les croyances en nos propres capacités (j’ai parlé de croyances limitantes). Nous savons qu’une croyance limitante a pour effet de diminuer de facto nos performances dans la matière étudiée. Mais il faut également bien considérer qu’à l’inverse, une croyance diamétralement  opposée (qu’on peut appeler croyance portante) aura pour effet… de les augmenter ! En d’autre termes, nous ne savons jamais avec exactitude jusqu’où nous pouvons aller, mais ce qui est sûr, c’est que si nous « n’y croyons pas », nous irons moins loin… et que si nous « y croyons », nous irons plus loin ! D’où les nombreux aphorismes du style « Ils ne savaient pas que c’était impossible, du coup ils l’ont fait ».

Les émotions sont de très mauvais maîtres, mais…

Quant aux émotions, si nous savons tous instinctivement qu’elles sont de très mauvais maîtres, on ignore parfois – jetant inconsidérément le bébé avec l’eau du bain – à quel point elles peuvent se révéler d’excellents auxiliaires, à condition toutefois que nous ayons acquis une capacité à « arbitrer » de manière satisfaisante nos éventuels conflits intérieurs en la matière. Faute de quoi la solution – et c’est bien compréhensible – que nous adoptons le plus souvent consiste tout simplement à nous couper purement et simplement de nos émotions pendant l’exercice de nos fonctions (ce qui me paraît dommageable pour tout le monde, surtout en situation de formation, que ce soit pour le formateur ou pour l’apprenant). Or, on sait confusément qu’il est illusoire de vouloir les accrocher, ces satanées émotions, au mur, à côté de notre manteau en arrivant le matin, pour les récupérer le soir en partant. Mais bon, faute de mieux, on fait comme si…

Se couper de ses émotions, est-ce rédhibitoire ?

Celui qui « se coupe de ses émotions »  pourra peut-être accéder à toutes les connaissances livresques et théoriques qu’il voudra (…dans des cas pas si isolés que ça, ce sera même pour lui un salvateur refuge), mais il prendra – de ce fait – le risque de passer à côté de phénomènes (beaucoup plus nombreux qu’il n’y paraît) se prêtant peu, voire pas du tout à l’analyse intellectuelle. Et il passera – vis-à-vis de ses éventuels amis moins lettrés que lui – comme quelqu’un de très brillant, et même, si ça se trouve, je sais pas moi, peut-être pour un expert de la méta-cognition (…rires dans l’assistance), mais en même temps, ce faisant, il risque fort d’être perçu comme quelqu’un « qui passe à côté de l’essentiel », ce qui ne manquera d’ailleurs pas de l’irriter au plus haut point. L’évidence, pas plus que l’essentiel, ne se prêtant volontiers à l’explication (« si tu ne comprends pas ce qui est évident, nous ne pouvons rien pour toi ») nous nous dirigeons encore vers un dialogue de sourds, et notre fameux lettré, déconfit et frustré par cet état de choses, n’aura de cesse que de se réfugier auprès de ses pairs, nettement plus « civilisés » que tous les goujats qui « refusent le dialogue » !

L’histoire d’un formateur en informatique qui rêvait de donner des cours de ressources humaines…

rêveJe me souviens très bien qu’il y a bien longtemps, alors que j’étais un jeune formateur en informatique, très à l’aise dans le domaine de « la logique », du « démontrable »,du «  factuel »… j’étais en même temps très intrigué et très attiré par le contenu de tous les catalogues de stages de formation tournant autour des ressources humaines, de l’animation et du management d’équipe, et plus généralement du comportement. Je me demandais bien à partir de quoi on pouvait arriver à dire quoi que ce soit de pertinent… et – surtout – faire face aux attentes et réactions des participants, sur des sujets aussi vastes que la manière de communiquer en situation difficile ou hostile, l’accompagnement au changement, la gestion de son propre stress, la prise en compte de celui des autres, les attitudes appropriées en situation d’entretien, de réunion, de conflit, la préparation de sa retraite, la dynamisation des équipes, le renforcement de sa propre performance managériale, l’animation d’une équipe de travail en situation non hiérarchique, ou à distance, et j’en passe…

Dis-moi, cher ami, comment fais-tu, toi ?

A un de mes amis, qui exerçait cette activité (et semblait d’ailleurs s’en tirer parfaitement indemne), je me souviens même m’être ouvert de mon attirance pour ces sujets, et en même temps de l’angoisse qu’ils suscitaient en moi. Par exemple je me souviens parfaitement avoir formulé mes craintes d’alors à peu près en ces termes : « Comment diable pourrais-je me passer de la présence physique des ordinateurs, présence qui m’a toujours rassuré lorsque un de mes participants, manifestant des états d’âme inattendus, semblait vouloir amener le groupe vers des rivages ne faisant pas vraiment partie du programme prévu… comment, disais-je, imaginer pouvoir me passer de cette présence si salvatrice pour moi (…celle des ordinateurs), puisqu’il m’a toujours suffi d’un effort minime, parfois d’un simple geste désignant les ordinateurs de la salle, pour que les choses rentrent très vite dans l’ordre, parfois à ma grande surprise, et – toujours – pour mon plus vif soulagement ? »

 

S’il vous manque un élément… inventez-le !

Capturons nos rêves…

…Après avoir entendu le récit de mes inquiétudes d’alors, mon ami  éclaté d’un rire sonore, puis m’a répondu quelque-chose dans ce goût-là : « Eh bien, qu’à cela ne tienne, si tu n’as plus d’ordinateur dans ta salle pour te rassurer, tu n’auras qu’à t’en inventer un et faire comme s’il y était ! Pour y arriver facilement, va donc suivre une formation en développement personnel, et si c’est bien fait, tu verras, tout marchera comme sur des roulettes ! ».

Sur le moment j’ai trouvé cette idée totalement incongrue… et pourtant, j’ai mis un point d’honneur à suivre le même cursus de développement personnel que mon ami (en effet, j’avais entièrement confiance en son témoignage… Du coup, j’en ai pris pour deux ans, à raison d’un weekend par mois !). Et je suis en mesure d’affirmer aujourd’hui qu’entre ça et je ne sais quelle démarche épistémologique (je pouffe…) il n’y a vraiment pas photo pour qui veut vraiment apprendre à « retomber sur ses pattes »…

Tout est dans la tête…

Par la suite, l’expérience m’a montré qu’effectivement TOUT était dans ma tête, et que j’étais en quelque sorte « mon pire ennemi » à chaque fois qu’il s’agissait d’adopter des postures, des attitudes, ou des comportements… auxquels je ne parvenais pas.

Peut-être ai-je eu besoin quelque temps d’imaginer la présence d’un ordinateur lors des premières interventions en communication (que j’ai dispensées par la suite, quelques années plus tard, et que je continue à dispenser aujourd’hui) ? Très franchement je ne m’en souviens plus. Il est probable que non.

Car la formation en développement personnel que j’ai suivie, donc, m’a également montré que j’avais également un meilleur ami… et que là aussi il s’agissait… de moi-même ! La différence c’est que maintenant j’ai beaucoup plus de choix ! Libre de suivre les injonctions de mon pire ennemi ou de mon meilleur ami, il m’arrive rarement d’hésiter. Je peux donc désormais maîtriser un éventail de situations infiniment plus grand qu’à l’époque. Encore une fois, il n’y a pas photo, pour moi c’est donc « Merci le développement personnel ! »

Comment peut-on présenter le développement personnel ?

Défini par certains sociologues comme un « bricolage » syncrétique de pratiques et de croyances (sic !), le développement personnel vise à harmoniser les rapports du conscient avec l’inconscient et ayant pour but le développement de la personnalité de l’individu pour une meilleure connaissance de soi, des autres, et des mécanismes de relations interpersonnelles. Il a favorisé l’émergence du concept de « scénario de vie », qu’il définit comme une approche personnelle de la vie, où chacun peut se forger sa  propre image de soi et sa manière de faire face aux problèmes. Ce concept  a été repris par plusieurs  théories managériales (avec le MBTI) qui l’ont traduit (avec plus ou moins de bonheur) par la recherche d’un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

équilibre de vie

Tout en puisant ses origines chez des psychanalystes (notamment Carl Gustav Jung et Alfred Adler), le développement personnel se place dans une optique résolument pragmatique, à l’anglo-saxonne : Plutôt que d’entrer dans une (parfois très longue ) période d’analyse introspective (un peu comme on entre en religion), le développement personnel  nous permet plus prosaïquement de modifier, parmi  nos habitudes, représentations et schémas de comportement, ceux que nous jugeons inadaptés (…aux autres, au contexte, aux circonstances, que sais-je encore ?).

Quels concepts abordés (et surtout travaillés) en développement personnel peuvent-ils être utiles en situation d’enseignement et d’apprentissage ?

Un éléphant ça peut aider...

Là aussi, je donnerai une liste forcément subjective, et forcément incomplète…

Les croyances Elles tournent autour de tout ce qui nous permet ou nous interdit de faire quelque chose.
La confiance en soi Un cuisant déficit chez beaucoup d’entre nous… Si nous n’en sommes pas suffisamment pourvus, nos apprenants le sentent forcément ! Comment pouvons-nous prétendre les aider efficacement, dans ces conditions-là ?
Les facultés sensorielles : auditives, kinesthésiques (le toucher), gustatives, olfactives Leur étude nous montre à quel point chacun de nous perçoit la réalité d’une manière qui lui est propre (d’où des notions telles que les intelligences multiples, ou le « mode préférentiel d’apprentissage »…)
Les métaphores D’une puissance extraordinaire (parce que s’adressant directement à nos perceptions), elles sont à la base même de toute activité pédagogique.
La communication interpersonnelle Savoir décortiquer son fonctionnement permet incontestablement d’être beaucoup plus efficace, notamment par les techniques d’écoute active et de reformulation.
La congruence Correspondance exacte entre l’expérience et la prise de conscience (…cohérence interne, si on veut)
La gestion des objectifs personnels Pour mettre en place des stratégies qui tiennent la route
La gestion du changement Ou comment progresser sans se renier…
Les pièges du langage Nous accordons à la parole des vertus magiques… pour le meilleur, mais aussi pour le pire !
La ligne du temps Nos différentes façons de gérer et cadrer le temps
Éléments de dynamique des groupes Étude de plusieurs mécanismes courants (comme celui de la pression de conformité)
Les émotions Très mauvais maîtres, mais excellents auxiliaires, comme on l’a vu…

Citons quelques méthodes…

On peut aujourd’hui dénombrer les méthodes de développement par dizaines (faisant un choix forcément subjectif, je citerai simplement ici l’analyse transactionnelle, l’art-thérapie, le coaching, la communication non violente, l’ennéagramme, l’hypnose, la méthode Coué, la programmation neurolinguistique, le qi gong, la relaxation, le rêve éveillé, la scénothérapie, la sophrologie, le training autogène et le yoga).

Bon. C’est bien gentil tout ça, mais que choisir ? Et que faut-il éviter ?

J’imagine qu’à ce stade, une personne intéressée par tout ça ne saura pas forcément « par quel bout l’attraper »… ce qui est parfaitement compréhensible 🙂

Surtout que ces techniques (et leurs inévitables débordements) charrient inévitablement avec elles comme une odeur de soufre, tant il est vrai que dans l’imaginaire collectif, on y associe souvent des histoires de manipulation, ou de dérives sectaires, de gourous… parfois à juste titre !

Manipulations

Encore une fois, gardons-nous bien de jeter le bébé avec l’eau du bain. Pour comprendre comment tout cela fonctionne, prenons un exemple qui vous surprendra peut-être, celui des pédophiles : on sait que ceux-ci sont naturellement enclins à choisir des activités – ou même une profession – les mettant en contact avec les enfants. D’où le syllogisme courant : La plupart des pédophiles travaillant avec la petite enfance, certaines personnes en concluent un peu hâtivement que la plupart des travailleurs de la petite enfance seraient pédophiles (?!), sur le modèle archi-connu de « Tous les chats sont mortels. Or Socrate est mortel, donc Socrate est un chat ».

Eh bien il en va de même avec la question du développement personnel et des gourous. Il est évident que tout gourou qui se respecte (…façon de parler, hein ?) ira tôt ou tard s’intéresser aux techniques de développement personnel ! De là à en conclure que « ça marche dans les deux sens », c’est aller un peu vite en besogne. Mieux, même : Plus nous serons nombreux à connaître ces techniques-là, plus nous serons armés pour nous défendre (et défendre les nôtres) contre les manipulateurs et les gourous. Par exemple, je peux vous dire que lorsque l’occasion m’en est donnée, j’assiste toujours avec une joie sans mélange aux joutes oratoires auxquelles les hommes politiques aiment tant se livrer sur les médias audiovisuels… incontestablement, ils ont été abreuvés à des sources que je peux très souvent identifier, et je suis très heureux de pouvoir ainsi décrypter nombre de leurs mécanismes… Plus nous serons nombreux à le faire, et mieux ce sera, ne serait-ce que pour des « raisons démocratiques » !

Voilà. Si après ces lignes, vous êtes toujours tentés par la question de savoir comment vous initier à tout ça, je me propose de vous amener des billes sur cette question, mais aussi sur les points communs (…car il y en a ! ) qu’on peut trouver  – du moins de mon point de vue – à la plupart des techniques de développement personnel, et ceci dans le prochain article à paraître ici.

Bien à vous,

Bernard

Apprendre mieux ? Épisode 3 : Vous avez une mémoire extraordinaire !

Cet article est le troisième paru dans le dossier « Apprendre mieux ? » publié sur ce blog. Pour un accès aux articles précédents, voir les liens ci-dessous :

Apprendre mieux ? (découverte de la grande galaxie du Mieux-Apprendre)
Apprendre mieux ? Épisode 2 : Les grands principes

« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur.
Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite.
Nous nous posons la question « Qui suis-je moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ? ». En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ? »

Marianne Williamson
écrivaine américaine

 

 

Bonjour,

Les capacités d’apprentissage

Dans l’article précédent, je vous faisais part des principes et préceptes du mieux-apprendre. En tout premier lieu, celui-ci : « Les capacités d’un être humain sont bien supérieures à ce que l’on considère habituellement comme normales. Ceci est particulièrement vérifiable pour ce qui concerne nos capacités à apprendre ».

Loin de moi l’idée de trancher ici le débat sur la sempiternelle question des capacités – égales pour tous ou différentes d’un individu à l’autre. Cette question a fait, fait encore, et à mon humble avis fera encore longtemps l’objet de « querelles d’experts » qui ne feront pas nécessairement progresser nos pratiques d’un pouce.

En revanche, il y a un point sur lequel j’aimerais aujourd’hui retenir votre attention: Il s’agit du passage qui stipule « […] bien supérieures à ce que l’on considère habituellement comme normales ».

Les croyances limitantes : rappel

Il se trouve qu’un autre principe du mieux-apprendre nous rappelle que la mémoire et l’intelligence (ou plutôt l’idée qu’on se fait de nos propres capacités sur ces points-là) sont absolument déterminantes dans tout acte d’apprentissage. Vous vous souvenez peut-être que dans l’article précédent il était également question du principe portant sur les croyances limitantes. Nous avons insisté sur un fait important : Les « croyances limitantes » empêchent tout le reste de fonctionner correctement.
Comme je vous l’expliquais, vous pouvez investir dans le meilleur équipement de plomberie, installé par les meilleurs spécialistes, il n’en reste pas moins vrai que si un caillou bouche le tuyau, l’eau ne coulera pas ! Remarque : dans la majorité des cas, les croyances les plus limitantes (à propos de soi) tournent le plus souvent autour de l’intelligence et de la mémoire (du moins pour ce qui concerne nos capacités d’apprentissage).

Le cas (épineux) de la mémoire…

Combien de fois n’ai-je pas entendu la phrase suivante, que ce soit en salle de classe ou en stage de formation adultes : « De toute façon, même si par extraordinaire je comprenais tout ce que vous allez nous expliquer, je sais que ne retiendrai rien, et pour une raison très simple : Je n’ai pas de mémoire ».

Malheureusement, cette prophétie auto-réalisatrice, tout en ne reposant sur rien de concret, a pour effet d’être imparable et de fonctionner à merveille… nous sommes en effet tous suffisamment retors pour nous fabriquer du « Tiens ! Je l’avais bien dit » quand il s’agit de l’appliquer à des croyances négatives sur nous-mêmes. Ainsi, la boucle est bouclée, si l’on peut dire, et nous pouvons retourner tranquillement à nos petites compulsions… souvent pour le pire, et rarement pour le meilleur 🙂

Contrairement à ce que vous croyez peut-être, vous avez tous une mémoire extraordinaire, et je vous le prouve…

Stagiaire masque à gazN’importe quel pédagogue de terrain vous le dira : il n’est pas de plus grand plaisir que de tordre le cou à une croyance limitante chez nos apprenants. C’est un peu une manière de les aider à  « d’enlever un caillou », pour reprendre la métaphore plombière évoquée plus haut :-). Aussi je serais très heureux d’apprendre que j’ai pu vous transmettre quelque-chose dans ce goût-là…

Une expérience très simple à réaliser… et une ressource à diffuser largement autour de vous !

Vous allez découvrir sous ces lignes le détail d’une séquence pédagogique comme vous n’en avez peut-être pas vécues jusqu’à ce jour. Elle vise tout simplement à prouver (oui… je sais, je m’expose, mais je persiste et signe, j’ai bien dit prouver !) à chacun des apprenants présents en face de vous (…ou même en vidéo conférence, nous y reviendrons) que ses capacités de mémorisation sont bien supérieures à tout ce qu’il imaginait jusqu’alors.

Attention, ne commettez pas la même erreur de jeunesse que moi : à mes débuts, j’étais en effet tellement transporté par le désir Don-Quichottesque de venir en aide au monde entier qu’au commencement de la séquence, j’introduisais systématiquement l’atelier par une affirmation à gros sabots du style « Vous allez tous y arriver, je vous le promets ! ». Grave erreur ! Car la personne dont la croyance limitante est la plus « alambiquée » du groupe vous rétorquera probablement quelque-chose du style « Non ! Cela marchera peut-être pour tous les autres, mais je sais déjà que cela ne marchera pas pour moi ! ». Soyez-en certains, cette obscure manœuvre n’a pas d’autre but que de fabriquer (pour soi et pour le groupe) un « Vous voyez, je vous l’avais bien dit » négatif… qui (hélas) marche à tous les coups ! Ce qu’on peut être alambiqué, tout de même, quand on s’y met…

labyrinthe vers le bonheur

A la place, restez complètement zen, ne pensez surtout pas à je ne sais quels moulins à vent :-), et faites tout tranquillement au groupe une déclaration selon laquelle l’expérience marche dans la plupart des cas, mais que si dans la salle une personne est persuadée – attention, vraiment persuadée, hein ? – qu’elle-même n’y arrivera pas, eh bien sa prédiction sera vérifiée ! Maintenant, pour le cas où cette même personne ressent en même temps une petite (allons, ne chipotons pas, poussons même jusqu’à imaginer une toute petite) lueur de l’ordre du « si ça se trouve, c’est possible… »), eh bien cela rendra par là-même la chose… possible ! En fait, le plus simple est d’arrêter de se poser des questions, et de se lancer (…comme toujours !)

La ressource

(Remarque : j’ai déjà publié cette ressource, sous une forme légèrement différente, dans un billet de blog qui date de 2005).

Voici une technique originale vous permettant de développer votre mémoire en utilisant les associations d’idées.
Il s’agit plus précisément d’utiliser ici la technique dite des tables de rappel.

Regardez ces chiffres attentivement.

(chiffre animé)

Le 1 fait penser à un piquet, ou à un pieu que l’on peut enfoncer dans le sol à l’aide d’un marteau.

(chiffre animé)

Le 2 fait penser à un cygne…

(chiffre animé)

Le 3 fait penser à une femme à la forte poitrine…

(chiffre animé)

Le 4 fait penser à un bateau à voile…

(chiffre animé)

Le 5 fait penser à une femme enceinte…

(chiffre animé)

Le 6 fait penser à un fumeur de pipe…

(chiffre animé)

Le 7 fait penser à une falaise en surplomb…

(chiffre animé)

Le 8 fait penser à un bonhomme de neige…

(chiffre animé)

Le 9 fait penser à un appareil à faire des bulles de savon…

(chiffre animé)

Le 10 fait penser à deux personnes, l’une très maigre, l’autre très enveloppée (par exemple Laurel et Hardy, ou encore Astérix et Obélix…).

Pour retenir tous ces exemples, il vous suffit de revenir ici et de regarder tranquillement les animations ci-dessus… vous verrez qu’il est très simple de s’en souvenir, sans produire le moindre effort que ce soit.

Ce moyen mnémotechnique pour retenir des chiffres n’est certes pas le premier à avoir été découvert, il en existe de nombreux. Mais celui-ci a ma préférence parce qu’en cas de doute, si on a peur de confondre deux chiffres, par exemple, il est très facile de les départager, puisqu’on se réfère toujours à leur forme. Ainsi, il est très difficile d’imaginer qu’on puisse confondre le 5 (qui a la forme d’une femme enceinte) et le 1 (qui a la forme d’un pieu). Au bout d’un moment, grâce à leur forme (que vous connaissez forcément), les chiffres parlent pour ainsi dire d’eux-mêmes !

Tiens, essayez dès à présent de retrouver les images animées équivalentes à tous les chiffres, je suis sûr que vous les connaissez déjà ! Dans le cas contraire, retournez y faire un tour, tranquillement, sans vous mettre la pression, sans martel en tête… tâcher de rester tout à la fois attentif et détaché, le sourire en coin… et oubliez toutes les sottises qu’on vous a racontées sur l’écrasante  obligation de faire des efforts.

Maintenant, imaginez que vous devez retenir une liste de courses de 10 articles.

Dans l’exemple qui suit, nous utiliserons une liste que j’ai demandée à ma nièce Mayra (10 ans à l’époque) de bien vouloir inventer.

Voici ce qu’elle m’a répondu :

1 – Des tomates

2 – Des carottes

3 – Du papier toilettes

4 – Des assiettes

5 – Des bananes

6 – Des yaourts

7 – Du fromage

8 – Du sucre

9 – De l’eau minérale

10 – De la viande

Ma fille Alice (10 ans à l’époque, également) connaît bien cette technique (…aujourd’hui elle est en classe prépa 🙂 ).  Aussi, elle a immédiatement pu réciter sans une hésitation la liste, dans l’ordre, puis dans l’ordre inverse, puis dans le désordre, en répondant aux questions du type « Qu’y a-t-il en 5e position ? … Puis en 3e… ? » etc.

Comment cela a-t-il été possible ? C’est très simple.

D’abord, il faut avoir bien en tête à quelle image animée correspond chaque chiffre (voir plus haut).

Ensuite, à chaque fois qu’une personne vous annonce un élément de sa liste, faites-vous bien préciser le numéro, et inventez en direct dans votre tête une petite scène gaguesque, style BD, ou dessin animé, mettant en relation les deux éléments. Par exemple, pour le 1 (le pieu), ma nièce avait choisi « des tomates ». Ma fille a donc imaginé en une fraction de seconde qu’elle voyait dans notre jardin potager des tomates qui poussaient autour d’un pieu. Si nous n’avions pas eu de jardin, elle aurait pu imaginer un pieu qui s’enfonce dans des tomates… avec pour résultat des tomates partout, du jus, de la pulpe, bref l’horreur ! N’importe quelle scène peut très bien faire l’affaire… il faut juste avoir un tout petit peu confiance en soi, et en nos capacités d’imagination.

L’essentiel est de faire appel à des images mentales qui soient toujours…

  • Dynamiques
  • Colorées
  • Exagérées

Qu’entendons-nous par cela ?

– Dynamiques : Qui sont en mouvement, qui bougent…

– Colorées : Riches en perceptions visuelles… mais pas seulement ! Utilisez aussi vos facultés auditives, kinesthésiques (le toucher), gustatives, olfactives…

– Exagérées : Tout ceci se passe dans notre tête… alors il n’y a aucune raison de faire des économies d’imagination ! Plus les choses seront marquantes, incongrues et exagérées, plus nous augmenterons nos chances de les retenir !

Maintenant, voici le tableau complet représentant la façon dont ma fille a mémorisé la liste de courses :

Image animée Article choisi  Association d’idées  Commentaires
1 Piquet, pieu… Des tomates « Tomates qui poussent autour d’un pieu (tuteur). » On peut aussi imaginer un pieu qui s’enfonce dans quelque chose… avec le bruit, ou les dégâts que cela occasionne…
2 Cygne Des carottes « Donner des carottes à un cygne. » On peut toujours imaginer un cygne qui glisse majestueusement sur un étang, ou un lac, ou dans un parc… Il peut prendre un objet dans son bec, ou encore le mettre sur son dos…
3 Grosse poitrine Du papier toilette « Une femme coince (pour rire) un gros rouleau de papier toilette parfumé entre ses seins. » C’est pratique, une grosse poitrine : on peut toujours poser quelque chose au milieu, glisser quelque chose dedans…(Remarque : Il faut savoir que tout ce qui est un tant soit peu « osé » se retient plus facilement, que ce soit par les hommes ou par les femmes (si!). À chacun d’entre nous de définir où se situent ses propres limites 🙂
4 Bateau Des assiettes « Pique-nique en pleine mer… » Trouver quelque chose qui se passe sur le bateau… sur le pont, dans la cabine, dans la mer à proximité… sur un quai… on a l’embarras du choix !
5 Femme enceinte Des bananes « Une femme enceinte mange une banane avec l’idée que son enfant aimera cela plus tard… » Trouver quelque chose avec le gros ventre… ou le avec bébé dedans…
6 Pipe Des yaourts « Le vieux fumeur tousse, alors il mange un yaourt pour s’adoucir la gorge… » On pouvait aussi inventer une pipe rudimentaire et « pour de rire » faite d’une paille et d’un pot de yaourt… ou utiliser les volutes de fumées pour y mettre une forme…
7 Falaise en surplomb Du fromage « Un alpiniste qui a de la nourriture énergétique sur lui… entre autres un vieux morceau de fromage… » Pour la falaise, ne pas hésiter à mettre en scène le personnage qui grimpe… ou encore ce qu’il trouvera une fois arrivé en haut…
8 Bonhomme de neige Du sucre « J’ai vu un bonhomme de neige et je me suis aperçue qu’en fait il était fait… de sucre en poudre ! » On peut aussi utiliser les accessoires courants (nez en forme de carotte, écharpe, boutons..) pour y accrocher ce qu’on veut… voire incorporer un accessoire supplémentaire !
9 Bulles de savon De l’eau minérale « Il y avait une panne d’eau courante, pour nos bulles, alors… » Le 6 est un 9 à l’envers… Correspondance entre la pipe (orientée vers le bas) et l’objet à faire les bulles de savon (les bulles montent…).
10 Laurel et Hardy De la viande « Hardy est gros parce qu’il mange trop de viande… » Jouer sur le contraste entre le gros et le maigre…

Bien entendu, si c’est la première fois que vous utilisez cette technique, cela vous paraîtra peut-être un peu difficile au début. Mais croyez-moi, avec un peu d’entraînement, vous vous étonnerez très vite vous-même, et vous pourrez facilement épater vos amis !

Vous pouvez en outre très bien établir une liste de 20, 30 voire 100 mots : ça marche également et aussi facilement (« 11 » = deux pieux… « 12 »= un pieu et un cygne…). Ce qui compte, c’est de s’attacher à visualiser les scènes. Mais à partir de 10, il est préférable d’appliquer « le Grand Système ». Pour cela, je vous suggère de faire une recherche dans votre moteur favori. Voir les ouvrages de Tony Buzan (avec son « grand système », qui marche de 0 à l’infini…), ou de Bruno FURST, pour de plus amples explications

Voilà. Le plus étonnant, c’est que pour ma part, dès que j’ai compris qu’il fallait prendre certaines précautions avant de commencer (en précisant juste « […] si dans la salle une personne est persuadée – attention, vraiment persuadée, hein ? – qu’elle-même n’y arrivera pas, eh bien sa prédiction sera vérifiée »), je vous assure que je n’ai plus jamais entendu de Schtroumpf grognon de mauvais augure !!! Non pas qu’ils aient disparu, certes ! Tout simplement, en accueillant par avance l’idée que l’échec est possible, nous ouvrons tous ensemble la porte à toutes les possibilités, sans en exclure aucune !

Image de soi...

Bien entendu, on l’aura compris, les personnes les plus douées pour réaliser ce genre d’expériences sont… les enfants. Les études sont formelles (…et ma modeste expérience vous confirme ce point). Mais ce n’est pas une raison pour ne pas essayer si vous êtes adulte. J’ai renouvelé l’expérience maintes fois avec des groupes d’adultes, cela marche très bien. Beaucoup d’entre eux, en fait, se montrent vraiment émus en constatant qu’ils ont bien plus de capacités que ce qu’ils imaginaient au départ… et en réalisant que dès leur plus jeune âge ils s’étaient fourrés (avec ou sans l’aide d’autrui) de drôles d’idées dans le crâne sur ce sujet.

En tout cas, cela nous prouve une chose (si besoin était) :

Les enfants ont encore beaucoup de choses à nous apprendre !

« […] Un enfant peut toujours enseigner trois choses à un adulte :

– être content sans raison
– s’occuper toujours à quelque chose
– et savoir exiger – de toutes ses forces – ce qu’il désire. »

(Paulo Coelho, « La cinquième montagne »).

Pour de plus amples détails et informations, on se réfèrera avec profit aux travaux de Tony Buzan (abondamment distribués et commentés sur le net), ou de Bruno Furst (nettement moins connu, mais auteur d’un système étonnant dont je vous parlerai peut-être une autre fois).

N’hésitez pas non plus à me poser toutes les questions que vous voulez dans la partie « commentaires », j’y répondrai de mon mieux.

La prochaine fois, nous parlerons de développement personnel (car je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais il y a un rapport). J’en vois quelques-uns, là, dans le fond, qui sortent déjà leurs gousses d’ail et leurs crucifix :-). Qu’ils soient rassurés, ce n’est pas la peine…

Bien à vous,

Bernard

(À la mémoire d’Édouard Philippe, formateur exceptionnel qui m’a enseigné l’utilité des images « dynamiques, colorées et exagérées ». Pour cette raison et pour mille autres, je n’oublierai jamais le respect que m’a inspiré cet homme si étonnant, qui m’a transmis l’habitude de répondre « de mieux en mieux » à chaque fois qu’on me demande comment je vais… Essayez donc, vous serez surpris des réactions !)
 
filet
 
Post-scriptum  : Depuis cet article, j’en ai écrit un autre permettant de retenir non pas dix, mais cent éléments ! Oui, vous avez bien lu ! …C’est par ici que ça se passe
 

ITyPA sympa ce MOOC ? (épisodes 4 à 10)

mooc bonnet d'âne

Si vous avez raté le début… (rappel des épisodes précédents)

Jeudi 4 octobre dernier fut le jour de l’ouverture de « ITyPA, première séance du tout premier  MOOC francophone de toute l’histoire de l’humanité. Pour tout renseignement, rendez-vous sur http://itypa.mooc.fr/) ou encore, pour une carte mentale qui présente une excellente vue d’ensemble, sur ce lien.

La partie, disons « émergée » de l’iceberg, consiste en une série de 10 hangouts vidéo, espacés d’une semaine et retransmis à chaque fois en direct sur Youtube selon un calendrier bien établi (voir le site d’ITyPA). J’avais pris pour habitude de donner ici mon sentiment après chacune des trois premières séances.

Je quitte « la partie émergée » du Mooc…

Hélas je suis obligé de vous avouer bien « penaudement » que depuis lors je suis en train de prendre une semi-tangente par rapport à ces séances-là, du moins pour ce qui concerne leur diffusion en direct. Me voilà désormais quasiment ravalé au rang de « décrocheur » 🙂

 Au passage, je viens d’apprendre que ce dimanche (04/11), France Inter diffusera à  un reportage d’un peu moins d’une heure sur le phénomène des ados qui s’excluent eux-mêmes du système scolaire, ados (et même adultes) que l’on appelle « les décrocheurs » (ça se passe dans le magazine Interception).

Pour ma part j’ai décidé, donc, de décrocher des séances MOOC ITyPA en direct, pour ne les visionner qu’après coup (mais pas forcément toutes, et pas forcément en entier). Les raisons n’ont pas grande importance, je préfère donc ne pas les évoquer, par égard pour les animateurs, pour le mal qu’ils se donnent, et aussi pour ne pas prendre le risque de décourager tous « ceux qui restent ».

Surtout qu’il y a dans l’air comme un petit quelque chose qui me dit que ce Mooc, malgré ses inévitables limites et imperfections, c’est un peu comme le bon vin, il y a des tas de choses qui « décanteront » après coup !

…Mais pas la partie immergée !

Comme je l’ai déclaré à maintes reprises ici ou là, l’existence même de ce dispositif m’a permis (…et me permettra encore, à n’en point douter) d’apprendre énormément de choses (…et même d’apprendre plus qu’avec que « ce qui dépasse de l’iceberg »… sans doute au motif que je ne fais pas vraiment partie du « coeur de cible »). Cela m’a également permis de nouer des tas de contacts passionnants ! Et puis mine de rien, le site du Mooc s’enrichit de jour en jour de mille ressources agrégées, venues d’un peu partout sur la toile, et que les explorer restera un plaisir (chronophage, comme beaucoup de plaisirs, d’ailleurs).

C’est donc bien volontiers que je continuerai à discuter avec vous de ces sujets, ici et dans nos blogs respectifs, ou n’importe où ailleurs.

Mais à partir de maintenant je ne commenterai plus les séances elles-mêmes, vu qu’au mieux  je n’en verrai que des morceaux.

Ce que je compte faire à la place

En lieu et place, je compte me consacrer avec la dernière énergie au dossier (à ma série d’articles, si vous voulez) que je consacre depuis peu à un sujet qui me passionne, à savoir le « Mieux-Apprendre », ou encore comment faire pour apprendre plus, mieux, sans prise de tête, dans une ambiance du tonnerre, et surtout sans jamais s’ennuyer (…on y rit beaucoup…), et – cerise sur le gâteau – sans même s’apercevoir qu’on apprend… Idéal pour les décrocheurs de tout poil, donc, mais pas seulement…

Si jamais cela vous intéresse, suivez ce lien (…qui pointe sur le présent blog, avec un filtre par catégorie, d’ailleurs si certains veulent savoir comment procéder, qu’ils écrivent donc un commentaire, je me tiens à leur disposition 🙂 ).

Voilà !

Bien à vous,

Bernard

Incroyable ! Un participant du Mooc ITyPA se coiffe lui-même d’un bonnet d’âne…

Navigation des articles

Emma

Politique, trucs pour réfléchir et intermèdes ludiques

cvpcontrelaviolencepsychologique.wordpress.com/

LA VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE CONDUIT À LA DÉPERSONNALISATION ET À LA MORT PSYCHIQUE DE CELUI QUI LA SUBIT. ANNE-LAURE BUFFET

Bernard Lamailloux

La vie est trop courte pour être petite

Education relationnelle

Tribulations d'une éducatrice, spécialisée dans la relation

Bea Dupriez

Chuuuut... plus de bruit...

moocmooc

Partage de projets

Manon Silvant

Keep MOOCing Forward

Secouez le Cours

Éducation, Bidouilles, Logiciel libre and so on...

Blog de M@rcel

Technologies et Pédagogies, comment les marier ?

Classe maternelle, Gennevilliers

Recherche pour la formation de l'Homme et le développement de ses pleins potentiels

Précieuses

Petits chemins de retour vers soi...

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Smell of Female

Shoes, Art, Fashion, Illustration

TraducArte

El arte de traducir arte

OSARRO

Une nouvelle voie pour apprendre

existence !

blog de philosophie imprévisible, dir. Jean-Paul Galibert

Blog d'Anna

Apprentissage des langues en ligne

Cabinet de Médiation

Votre partenaire relationnel

La vie est large

" La vie est courte mais très large" Jim Harrison

alainsaboret

"Still alive alter all these years" Paul Simon

V E CHRONIQUE

La nouvelle chronique de Véronique Mathio

Le Coq et le Cerisier

promenons-nous au Japon.

Peau d'Art

Manon Morin Expositions Paris.com site

Visualisations 3

Aperçu d'informations souvent recueillies dans le monde anglophone de la croissance personnelle

Didac2b

Des outils pédagogiques, des réflexions sur la formation et le e-learning, et beaucoup d'images !

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

L'espace à Zecool

La passion d'apprendre dans le monde aujourd'hui

The blog of blog of blogs

Les aventures d'un ethnologue dans le grand monde

Zen Uchi

La maison du Zen et du bien-être

WP Buzz Wordpress

WP Buzz Wordpress - Le petit blog du buzz on wordpress ! Sites Web , Photos, Vidéos, Produits, Publicités .. Faites le buzz sur Petitbuzz.com

Pascal Launay

Billets d'humeur

La vie en face

Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu'une forêt qui pousse

VousaVezditVirtuel's Blog

Expérimentation partagée de séquences de travail collaboratif et de formations dans un monde virtuel (Openlife) avec le réseau des centres sociaux de France (FCSF). Come and share with us an experimentation of collaborative work in a virtual world (Openlife) with the french Settlements network (FCSF)

ateliers claire lecoeur

ateliers d'écriture et formations

La Révolution Intérieure

Un site utilisant WordPress

le Blog du conectiviste sans n

l'instinct d'apprendre

AYMA

La santé intégrale au service de l'Être

plerudulier

Recipient of whatever I feel like sharing | Pensées partagées

audece's way

I'm a moocKita

Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

%d blogueurs aiment cette page :